Tech & internet

L’homme qui tenait à faire savoir qu’il aimait sa femme qui a des formes est devenu la risée du web

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 07.08.2017 à 15 h 24

Repéré sur The Washington Post

«I love this woman and her curvy body.»

Instagram / Tripp

Instagram / Tripp

C'est l'histoire d'un homme qui pensait avoir gagné internet, mais qui a vu toute une partie du réseau se retourner contre lui et le transformer en mème ridicule. Tout a commencé avec un post Instagram. Le 31 juillet, Robbie Tripp partage cette photo de sa compagne et lui sur la plage accompagné d'un texte dans lequel il explique l'aimer «elle et son corps pulpeux».

 

|| I love this woman and her curvy body. As a teenager, I was often teased by my friends for my attraction to girls on the thicker side, ones who were shorter and curvier, girls that the average (basic) bro might refer to as "chubby" or even "fat." Then, as I became a man and started to educate myself on issues such as feminism and how the media marginalizes women by portraying a very narrow and very specific standard of beauty (thin, tall, lean) I realized how many men have bought into that lie. For me, there is nothing sexier than this woman right here: thick thighs, big booty, cute little side roll, etc. Her shape and size won't be the one featured on the cover of Cosmopolitan but it's the one featured in my life and in my heart. There's nothing sexier to me than a woman who is both curvy and confident; this gorgeous girl I married fills out every inch of her jeans and is still the most beautiful one in the room. Guys, rethink what society has told you that you should desire. A real woman is not a porn star or a bikini mannequin or a movie character. She's real. She has beautiful stretch marks on her hips and cute little dimples on her booty. Girls, don't ever fool yourself by thinking you have to fit a certain mold to be loved and appreciated. There is a guy out there who is going to celebrate you for exactly who you are, someone who will love you like I love my Sarah. || photo cred: @kaileehjudd

Une publication partagée par ROBBIE TRIPP™ (@tripp) le

«Quand j'étais adolescent, mes amis se sont souvent moqués de mon attirance pour les filles les plus rondes, celles qui étaient plus petites, qui avaient plus de formes, les filles que les mecs (basiques) qualifiaient de “rondes” ou même de “grosses”. Et puis je suis devenu un homme, j'ai commencé à m'éduquer sur des sujets comme le féminisme et la façon dont les médias marginalisent les femmes en ne montrant qu'un standard très mince et spécifique de la beauté (mince, grande, élancée), et j'ai découvert la quantité d'hommes qui croient en ce mensonge.»

Le tout suivi d'une description de son amour pour les femmes qui ne rentrent pas dans ce standard. Au début, rapporte le Washington Post, les réactions étaient pourtant positives. The Today Showle HuffPost et BuzzFeed notamment l'ont relayé: ce dernier appelant ses lecteurs à s'inspirer de la gentillesse de Robbie Tripp.

Et puis tout a basculé en quelques heures. Face aux nombreuses reprises, plusieurs personnes n'ont pas apprécié que l'on porte aux nues un homme qui se met un peu trop en avant. Et Robbie Tripp est devenu sujet de moqueries avant de devenir un mème, explique le Washington Post.

«La justification du mème contre Tripp est la suivante:

1) Il ne devrait pas être extraordinaire de trouver une femme “ronde” attirante, mais le post de Tripp insinue que si.

2) À cause de 1), présenter Tripp comme un homme courageux, super “woke”, ou l'homme parfait, ou autre, juste parce qu'il aime sa femme est un peu risible.

3) Sa caractérisation de ce à quoi ressemblent “les vraies femmes” (“Un vrai femme n'est ni une pornstar, ni un mannequin pour bikinis, ni un personnage de film”) et ses conseils normatifs faits aux femmes et aux hommes ne sont pas aussi utiles ou “body positive” que Tripp semble le penser. [...]

Finalement, le mème est devenu une juxtaposition moqueuse du discours de Tripp avec d'autres images –ou qui improvisaient à partir de passages de son post pour mettre en avant leur absurdité.»

Exemples:

J'aime mon copain et son petit pénis.


Tripp, lui, semble ne pas en avoir grand chose à faire. Sur Instagram, il continue ses messages «inspirants», mais il a évoqué rapidement les «haters» sur Twitter.

Ne tardez pas trop cependant si vous voulez partager vos meilleures idées de détournement: le Washington Post estimait dès le 6 août que le mème était en fin de vie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte