Tech & internet

Le mémo d’un employé sur la culture du politiquement correct chez Google fait débat

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 07.08.2017 à 13 h 59

Repéré sur Gizmodo, Motherboard

Il justifie notamment les inégalités de statuts hommes-femmes au sein de l'entreprise par des différences biologiques.

TEDxCambridge Salon Summer 2017 | Todd Van Hoosear via Flickr CC License by

TEDxCambridge Salon Summer 2017 | Todd Van Hoosear via Flickr CC License by

C'est un document de dix pages qui a fait pas mal de remous dans la Silicon Valley, ce week-end. L'existence d'un mémo publié par un ingénieur de Google critiquant une culture du politiquement correct qui empêche toutes les idées de s'exprimer  au sein de l'entreprise a été révélée par Motherboard, ce 5 août, avant que celui-ci ne soit intégralement publié par Gizmodo, qui a résumé une partie de la pensée de son auteur.

«L'auteur avance que les femmes sont sous-représentées dans les entreprises de la tech parce qu'elles doivent faire face aux préjugés et aux discriminations sur leur lieu de travail, mais aussi parce qu'il existe des différences psychologiques inhérentes entre les hommes et les femmes. “Nous devons arrêter de penser que les écarts de salaire entre hommes et femmes impliquent nécessairement du sexisme”, écrit-il, continuant à affirmer que les programmes éducatifs de Google pour les jeunes femmes sont peut-être malavisés.»

Le mémo pointe une série de politiques discriminatoires mises en place au sein de l'entreprise pour répondre selon son auteur à un biais idéologique partisan.

La nouvelle vice-présidente de Google en chargé notamment de la diversité, Danielle Brown, a assuré de son côté que ce point de vue n'était partagé ni par elle, ni par Google.

«Nous croyons sans équivoque que la diversité et l'inclusion sont essentielles à notre réussite en tant qu'entreprise, et nous continuerons à défendre cela et à nous engager sur le long terme.»

Pourtant, rapporte Motherboard dans un autre article, au sein-même de Google tout le monde n'est pas de cet avis. Un employé de l'entreprise américaine raconte avoir vu trois types de réaction.

«De ce que j'ai vu c'était un mélange de femmes disant: “C'est terrible et ça me distrait de mon travail, et ça ne devrait pas être autorisé”, des hommes et des femmes qui disent, “C'est horrible, mais il doit pouvoir s'exprimer”, et des hommes qui disent, “C'est très courageux, je suis d'accord.”»

Un débat plus large

 

Motherboard, qui a pu avoir accès à plusieurs captures d'écran d'un fil de discussion interne de Google, rapporte des propos qui défendent l'auteur du manifeste, et d'autres qui s'en prennent à lui.

«C'est vraiment terrifiant: si quelqu'un n'est pas d'accord avec la majorité sur le plan idéologique, alors il ne convient pas culturellement, et ne sera pas engagé/promu. Eric [Schmidt, le président exécutif d'Alphabet] a dit quelque part que Google avait le plus faible pourcentage de conservateurs, et je pense que ce post souligne la discrimination institutionnalisée et le même extrême de diversité intellectuelle.»

«L'auteur est un idiot, qui s'appuie sur de la pseudoscience pour justifier le sexisme. C'est vraiment dur pour qui que ce soit qui s'est intéressé à ce sujet avec un esprit ouvert de lire un tel truc.»

Sur Twitter, continue Motherboard, plusieurs employés et ex-employés de Google, qui ont condamné ce manifeste, «indiquent qu'il est représentatif d'un problème plus large au sein de l'entreprise». Quartz note par ailleurs que ce débat va au-delà de Google et qu'il touche plus largement l'ensemble de la société américaine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte