Monde

Yolo! En Corée du Sud, les jeunes assument enfin leur vie solitaire

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 03.08.2017 à 11 h 21

Repéré sur Quartz

Les «honjok» sont des jeunes adultes qui sortent seuls, dînent seuls et s'occupent seuls. Une manière d'échapper à la pression sociale, imposée par leurs pairs, qu'ils n'ont aujourd'hui plus peur de revendiquer.

Dans un restaurant de Séoul en 2011. | Jirka Matousek via Flickr CC License by

Dans un restaurant de Séoul en 2011. | Jirka Matousek via Flickr CC License by

Ils boivent des verres dans des bars seuls, ils dînent au restaurant seuls, ils voyagent seuls, ils vont au cinéma seuls. En Corée du Sud, le nombre de personne qui se définissent comme honjok (comprendre des «solitaires») est en constante augmentation. Un phénomène qui marque un vrai tournant avec la philosophie de groupe qui a souvent régi la vie sociale du pays, note Quartz

La bascule s'est opérée assez récemment, à partir du moment où nombre de jeunes adultes ont eu du mal à imaginer de quoi serait fait leur futur. Comme dans d'autres pays à travers le monde, la jeunesse sud-coréenne se confronte à un contexte économique difficile: un taux de chômage élevé chez les jeunes; des difficultés de logement; des salaires bas. Mais elle endure aussi quelque chose de propre à la Corée du Sud: la pression des parents. Alors, pour s'affranchir de ce poids, les jeunes adultes s'isolent de plus en plus.

Être seul n'est plus mal vu

S'il pouvait être quelque peu mal vu, quelques années en arrière, de dîner ou de se rendre seul dans un bar, ce n'est plus vraiment le cas aujourd'hui. «Dorénavant, je n'ai plus l'impression que les gens voient cela comme quelque chose de bizarre», confie Park Da-som, 25 ans, interrogé par Quartz alors qu'il dînait tout seul. Ce jeune employé de banque parle même d'une «tendance sociétale».

Pour décrire cette revendication de style de vie individualiste, les jeunes Sud-coréens utilisent le mot YOLO («You Only Live Once» ou «On ne vit qu'une fois» en français) –un mot popularisé par le rappeur canadien Drake en 2011, avant d'être largement moqué dans la culture occidentale, précise Quartz. Les honjok peuvent désormais demander une «carte YOLO», délivrée par l'une des plus grandes banques du pays, qui leur donne accès à des promotions pour Starbucks, pour des tickets de cinéma, pour des boutiques d'alimentation ou encore des cours de cuisine.

Pour Jeon Mi-young, professeur-chercheur à l'université nationale de Séoul, ce phénomène est un tournant sans précédent dans la manière d'aborder la vie et le présent. Longtemps, dit-il, les Sud-coréens ont pensé en priorité à économiser et à ne pas être jugés sur le manière de consommer. Une approche «émotionnelle et axée sur le plaisir plus que rationnelle».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte