Monde

Des identitaires norvégiens se ridiculisent en confondant des sièges d'un bus vide avec des femmes en burqa

Temps de lecture : 2 min

Les images diffusées au sein du groupe Facebook d'extrême droite «La patrie d'abord» ont suscité de vives réactions d'internautes outrés.

Capture facebook
Capture facebook

La semaine dernière, une photo circulant dans un groupe Facebook appelé «Fedrelandet viktigst» [La patrie d'abord] a entraîné de vives polémiques en Norvège entre pro et anti immigration musulmane. Certains y ont vu six jeunes femmes en burqas assises à l'arrière d'un bus. Pour les extrêmes du «Fedrelandet viktigst», il s'agissait d'une occasion à ne pas manquer pour pointer du doigt les problèmes auxquels la Norvège fait face ces dernières années avec l'afflux des immigrés musulmans. D'autant que selon le Washington Post, la photo était accompagnée d'un petit commentaire:«Que pensez-vous de ça?» laissant donc libre cours à toute sorte de supputations et de réactions hostiles sur toile.

«Tragique, effrayant, dégoûtant...», plus de 100 commentaires hostiles ont suivi la diffusion de la photo. «C'est vraimment effrayant. On devrait interdire ça parce qu'on ne sait jamais qui peut se cacher derrière [la burqa]. Ça peut être des terroristes armés, sait-on jamais», a par exemple réagit un membre du groupe.

Or, tout cela n'était qu'une mauvaise plaisanterie, un troll destiné justement aux opposants à l'immigration musulmane. À y regarder de plus près, les «femmes en burqas» n'étaient en réalité que de simples sièges de bus. «J'ai posté la photo pour voir ce qui allait se passer», explique Johan Slattavik, l'auteur de ce mauvais tour qui dit avoir été choqué par le flot de commentaires de haine, mais préfère aujourd'hui en rire.

La risée de tous

«Fedrelandet viktigst» est devenu, de fait, la risée de la plupart des commentateurs sur Facebook. «C'est la preuve que les méchants sont en même temps les plus stupides», ironise un internaute. «Je pense avoir réussi le test, puisque la première chose que j'ai vu était un tas de Dark Vador», renchérit un autre.

«Je dirais que le troll a été instructif. On peut faire la différence entre les critiques fondées sur l'immigration en Europe et le racisme ou la xénophobie aveugle. Je voulais percevoir cette différence et je pense avoir réussi avec cette photo», justifie Johan Slattavik.

A l'instar d'autres pays européens, la Norvège n'échappe au débat sur l'habillement des femmes et filles musulmanes. La coalition de droite actuellement au pouvoir compte même interdire récemment le port de la burqa dans les écoles et les universités. Mais ce projet de restrictions fait l'objet de critiques de la part d'une frange de la société qui considère qu'il isole davantage les populations d'origine musulmane.

Slate.fr

Newsletters

Brexit, l'impossibilité d'une île

Brexit, l'impossibilité d'une île

Triple éclairage historique, sémantique et littéraire sur l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne en mars prochain.

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

Jyoti et Neha se sont habillées en hommes pendant des années pour aider leur père malade.

Bongo et Bouteflika peuvent-ils réellement gouverner leurs pays?

Bongo et Bouteflika peuvent-ils réellement gouverner leurs pays?

Les enjeux sont de taille pour que des hommes, avec ou sans leur accord formel, soient montrés dans un état physique que tout individu souhaiterait voir réservé au domaine du privé et de l’intime.

Newsletters