Monde

Le Venezuela, la vitrine de l’échec du mélenchonisme

Eric Le Boucher, mis à jour le 02.08.2017 à 6 h 02

Après les élections, la vérité sur le Venezuela éclate aujourd’hui. Elle est révélatrice, selon Eric Le Boucher, des failles de Jean-Luc Mélenchon.

À gauche, Jean-Luc Mélenchon, le 13 mai 2017 ; à droite, Nicolas Maduro, à Caracas, le 31 juillet 2017 | PHILIPPE LOPEZ / AFP - RONALDO SCHEMIDT / AFP

À gauche, Jean-Luc Mélenchon, le 13 mai 2017 ; à droite, Nicolas Maduro, à Caracas, le 31 juillet 2017 | PHILIPPE LOPEZ / AFP - RONALDO SCHEMIDT / AFP

Maduro est à Mélenchon ce que l’euro est à Le Pen. Un plafond de verre. L’impossibilité de gagner. La preuve in vivo d’un programme idiot. Marine Le Pen vient de constater, en séminaire ce 21 et 22 juillet, sans le dire encore vraiment, que l’abandon de l’euro qu’elle proposait était une erreur. Le retour à «la souveraineté monétaire», en clair au franc, ne sera pas appliqué au début de quinquennat en cas de victoire à la prochaine présidentielle, mais à la fin. La souveraineté des frontières passe devant.

Cette décision est, elle aussi, idiote. Disons-le au passage, déjà entre le jour de la victoire à l’élection et le passage au franc, le délai laissait des semaines entières à la spéculation pour manipuler les taux, organiser des fuites de capitaux et se faire des profits en or. Cette fois-ci, les spéculateurs auront cinq ans entiers pour s’amuser. Le réalisme monétaire n’a donc pas encore complètement gagné les dirigeants du FN. Mais le tournant est net: l’idiot abandon de l’euro est intelligemment abandonné. Marine Le Pen admet que cette mesure faisait peur aux Français et l’empêchait de gagner. Reste à réécrire complètement le programme du parti, évidemment. Ce sera bien compliqué puisque tout reposait sur le franc et sa dévaluation. Défi impossible en vérité, on aura l’occasion d’en reparler: toute la démagogie populiste était financée par la dévaluation. Mais saluons la pas vers la raison.

L'effondrement du chavisme

Vient aujourd’hui le tour de Jean-Luc Mélenchon. L’effondrement du Venezuela est l’effondrement du chavisme, c’est-à-dire l’effondrement du mélenchonisme. La base analytique est la même: «redonner le pouvoir au peuple». La logique politique est la même, livrée par l’actualité: tout commencera par la création d’une assemblée «Constituante» pour «rendre le pouvoir au peuple et en finir avec le système de la caste»: c’est du Nicolas Maduro dans le texte. Le députés sont illégitimes comme le président Emmanuel Macron élu avec 43% des inscrits: tous sont inféodés aux banques, aux riches, aux bourgeois. 

Les principes d’action sont les mêmes: «casser les dominations financières et limiter le pouvoir des actionnaires». Et ils se déclinent en France par une démagogie du bonheur: créer 3,5 millions d’emplois par la réduction du temps de travail, bloquer l’échelle des salaires de 1 à 20 dans les entreprises, revenir à la retraite à 60 ans, arrêter la spéculation, envoyer des hommes dans l’espace et des médecins fonctionnaires dans les campagnes, arrêter l’Europe de la défense qui «prépare la guerre sous injonction des États-Unis», organiser un référendum sur la sortie de l’euro et de l’Union européenne. Toutes ces belles mesures seront payées non par le pétrole comme Chavez, la France n’en a pas, mais par une autre source magique et inépuisable: le financement à gogo de la Banque Centrale européenne, c’est mieux encore que l’or noir.  

La logique bolivarienne

On niera, on critiquera, on hurlera contre le parallèle. L’adhésion à la zone commerciale bolivarienne, prévue dans les débuts euphoriques de campagne mais ôtée ensuite car trop ridicule, était toute symbolique. Dans la forme comme dans le fond, le mélenchonisme est un chavisme. Il a le même point de départ, le refus de l’abandon de la lutte des classes, la haine viscérale du social-libéralisme, le rejet comme une trahison du compromis capital-travail. Il aura le même résultat: une faillite totale.

 La logique bolivarienne a été vue à l’œuvre cette dernière décennie en Amérique latine. Le social-démocrate Lula contre le révolutionnaire Chavez. La partie, la guerre, entre la gauche réformiste et la gauche marxiste, celle qui se déclare «vraie» gauche, s’est jouée là-bas. Les médias n’ont pas retranscrit le match. Le résultat est sans appel. Le Brésil n’a pas eu un parcours parfait, loin de là, certes, la corruption et la médiocrité des dirigeants ne l’ont pas épargné. Mais le Venezuela et tous les autres petites tentatives bolivariennes locales, nationalistes, populistes ont abouti à un échec sanglant. Toutes les statistiques sont affreuses pour la cause révolutionnaire, y compris celle des morts et de la corruption sous Maduro. Le caudillo sud-américain en est arrivé à rejeter aujourd’hui la démocratie, à tenter de sauver ses finances en signant des accords de soumission avec les Russes et les Chinois (dans l’exploitation du bassin de l’Orénoque) et à laisser les mafias s’installer dans des accords obscurs et puants avec le gouvernement et ses amis militaires.

Le capitalisme doit changer, mais pas comme ça

Oui, objectera-t-on encore. C’est loin, le Venezuela n’est pas la France, et puis les dérives tropicales sont inévitables… Hum, les tortionnaires seraient-ils plus acceptables parce qu’ils boivent du rhum? Non, il eut fallu ouvrir les yeux sur l’atroce réalité du chavisme il y a dix ans, il est temps aujourd’hui de le faire sans plus d’illusion conciliante, sans merci. La fin était dans le point de départ. Elle était dans l’initiative initiale de se défier des «experts» de la compagnie nationale du pétrole PDVSA et d’y envoyer des cadres du parti pour gérer «ce bien du peuple». Tout était là: la défiance vis-à-vis des majors étrangères, la défiance vis-à-vis de la bourgeoisie capitaliste vénézuélienne, bref la lutte des classes s’imposait, celle qui force à toujours aller un cran plus loin. Les entreprises se plaignent-elles, elles n’investissent plus? Il faut les nationaliser, monter des initiatives «du peuple» pour les contraindre. Le chavisme-mélenchonisme est un engrenage. Très vite, ce n’est pas la spéculation qu’on arrête, c’est l’économie.

La vérité sur le Venezuela éclate aujourd’hui. Qu’on la montre, qu’on le regarde: voilà ce délivreront les jolis mots, les jolies promesses du «bonheur de l’homme» du chaviste français. Non que le but ne soit pas bon, le monde ne va pas bien, la bourgeoisie compradore sud-américaine met trop souvent son argent à Miami, le capitalisme est sauvage, beaucoup de choses doivent être changées. Mais pas comme ça. Surtout pas comme ça. La preuve est là. Voyez là. Admettez-là, M. l’insoumis.

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (541 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte