Monde

L'écriture à la main fait son grand retour dans les salles de classe aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Le clavier est partout mais, en écrivant à la main, les élèves cherchent à comprendre ce qu'ils écrivent et mémorisent mieux leurs notes.

Un enseignant d’une école primaire dans le Maryland dirige des travaux d’écriture cursive avec ses élèves à Ellicot City aux États-Unis | Robert Macpherson / AFP
Un enseignant d’une école primaire dans le Maryland dirige des travaux d’écriture cursive avec ses élèves à Ellicot City aux États-Unis | Robert Macpherson / AFP

Après que des scientifiques ont démontré son utilité cognitive, l'écriture manuelle est en train de faire son grand retour dans certaines écoles américaines avec le soutien actif des parents qui s'inquiètent de la baisse du niveau des élèves. Le site Quartz raconte comment, dans l'État de Louisiane, les élèves du CE1 à la terminale auront à nouveau des cours d'écriture après l'adoption d'une loi. Au total, ce sont quatorze États américains qui ont intégré l'écriture cursive dans les programmes scolaires après une décennie de flottement liée aux progrès technologiques. Car les chercheurs se sont rendus compte que l'efficacité de l'apprentissage avec les ordinateurs avait été largement surestimée. Celle-ci montre de plus en plus ses limites.

«A l'ère des ordinateurs, le mythe selon lequel nous n'aurions pas besoin de l'écriture à la main persiste. Or ce n'est pas ce que nos recherches démontrent. Nous avons constaté que les élèves, jusqu'à la classe de sixième, écrivaient plus rapidement, avec plus de mots, et exprimaient plus d'idées s'ils écrivaient à la main plutôt qu'avec un clavier», affirme Virginia Berninger, professeur à l'Université de Washington, dont les recherches portent sur l'apprentissage à l'écriture manuelle dans les écoles publiques. D'après elle, écrire à la main améliore les performances cognitives des élèves et facilite leur apprentissage.

Beth Mizell , la sénatrice qui a proposé cette loi en Louisiane, explique avoir été très étonnée de voir des lycéens qui travaillaient avec elle pour l'été incapables de déchiffrer des vieux documents écrits à la main.

Une meilleure capacité de synthèse et d'assimilation

Les études scientifiques démontrent également que les enfants comme les adultes, qui prennent des notes au stylo ont une meilleure assimilation et une meilleure capacité de synthèse que ceux qui les prennent à l'ordinateur.

Alors que la formation de chaque lettre exige des mouvements différents avec le stylo, on a tendance à les repéter sur un clavier. De fait, le stylo oblige à faire davantage fonctionner son cerveau.

«Nous avons remarqué que les étudiants qui prennent des notes sur les ordinateurs portables sont ceux qui ont obtenu les pires résultats sur les questions conceptuelles... Ceux qui prennent les notes avec l'ordinateur ont tendance à transcrire textuellement ce qu'ils entendent plutôt que de reprendre l'information à leur compte. Ce qui est préjudiciable à l'apprentissage», soulignaient en 2014 des chercheurs de l'Université de Princeton à propos d'une étude consacrée au sujet.

Selon eux, la prise de note manuelle exige des choix parce qu'on ne peut pas suivre le rythme de la dictée. On est donc obligé de rester concentré. Ce qui n'est pas le cas lorsqu'on a un ordinateur dans la mesure où les chances de surfer en même temps sur internet, de tchater avec ses copains, ou de lire des tweets, sont également amoindries.

Slate.fr

Newsletters

Un supermarché britannique va introduire des heures calmes pour les personnes autistes

Un supermarché britannique va introduire des heures calmes pour les personnes autistes

Quelque 700.000 personnes sont atteintes d'un trouble du spectre autistique au Royaume-Uni.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Finale de la Coupe du monde de football, manifestations contre Trump et Poutine, Tour de France... La semaine du 15 juillet en images.

«La fille qui a confectionné ces costumes de zombies rêve de vivre de ça»

«La fille qui a confectionné ces costumes de zombies rêve de vivre de ça»

Depuis quatre ans, Boris Leist parcourt l'Allemagne pour photographier des personnages de jeux de rôle grandeur nature. Ils seraient entre 60 et 70.000 joueurs et joueuses dans ce pays. Ses images seront rassemblées dans un livre, LARP, qui...

Newsletters