Monde

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’état du monde s’améliore

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 26.07.2017 à 12 h 40

Repéré sur Human Progress

De nombreux indicateurs mondiaux témoignent notamment d’une diminution de la pauvreté, des maladies ou encore des inégalités.

 Alexas_Fotos via Pixabay CC License by

Alexas_Fotos via Pixabay CC License by

Depuis 2013, le site Human Progress s’est donné pour objectif de mettre en lumière des éléments qui font que, malgré tout, l’état du monde s’améliore. Le 21 juillet, il a publié une liste de 40 raisons qui prouvent que, malgré les crises politiques et les atteintes aux libertés fondamentales dans certains pays, la population mondiale connaît des évolutions positives.

«Même si beaucoup de gens savent déjà que l’on vit plus longtemps et qu’on a des salaires plus élevés que nos ancêtres, peu réussissent à réellement apprécier et comprendre qu’il y a un progrès humain multidimensionnel», explique Marian L.Tupy, rédactrice de l’article.

À l’aide de données compilées dans des graphiques, des tableaux et des cartes interactives que l’on peut faire évoluer en fonction des années, Human Progress met en avant de nombreuses avancées humaines.

On peut ainsi voir que les morts d’hommes liées aux cancers sont en net recul depuis 2000 en Amérique du Nord et en Europe, alors que dans les années 1980 et 1990, les cancers étaient la cause de 300 à 500 morts par an pour 100.000 hommes dans ces régions.

La liberté de la presse ne s’est —en moyenne– jamais aussi bien portée dans le monde, bien que dans certains pays (Russie, Chine, Arabie Saoudite, Iran…), les indicateurs restent particulièrement mauvais.

Le pourcentage de personnes qui fument quotidiennement n’a jamais été aussi bas qu’aujourd’hui. Il n’a cessé de décroître depuis 1970, pour s’établir à 18,8% «seulement» de la population mondiale, avec la Lettonie et la Grèce en tête.

On peut également voir qu'il y a une diminution significative de la malnutrition en Afrique et en Amérique du Sud depuis 1992, un déclin du nombre de personnes vivant dans une extrême pauvreté, un accès à des installations sanitaires facilité dans les pays les plus pauvres, un taux d’alphabétisation qui n’a jamais été aussi haut chez les jeunes de 15 à 24 ans, des femmes qui composent une part de plus en plus grande de la force de travail mondiale ou encore une chute du nombre des exécutions aux États-Unis. Autant d’exemples qui donnent «des raisons d’être optimistes à propos du futur», selon Marian L. Tupy.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte