Monde

En Arizona, le code de la route donne des conseils pour éviter d'être tué par la police

Temps de lecture : 2 min

Après plusieurs contrôles routiers devenus fatals, des États américains tentent de former leurs citoyens aux interactions avec la police.

Un t-shirt «arrêtez de nous tuer», près de l'endroit où Walter Scott a été tué après un contrôle routier, à Charleston le 10 avril 2015 | JOE RAEDLE/AFP
Un t-shirt «arrêtez de nous tuer», près de l'endroit où Walter Scott a été tué après un contrôle routier, à Charleston le 10 avril 2015 | JOE RAEDLE/AFP

En 2016, près de Minneapolis, Philando Castile a été tué par un policier qui lui a tiré dessus à sept reprises pendant un contrôle routier. Castile avait prévenu le policier qu'il avait une arme dans sa poche, mais lorsqu'il a tendu le bras pour prendre son permis dans sa boîte à gant, il s'est retrouvé criblé de balles. Avant lui, Walter Scott et Samuel DuBose, qui n'étaient pas armés, ont aussi été tués lors de contrôles routiers.

Dans ce contexte, plusieurs États américains prennent des mesures pour former la population à interagir avec la police. En Arizona, le code de la route vient d'être actualisé avec des conseils pour les conducteurs qui portent une arme, afin d'éviter le genre de confrontation qui a mené à la mort de Philando Castile. La nouvelle édition recommande aux conducteurs armés de garder leurs mains sur le volant, de dire au policier qu'ils ont une arme et de ne rien prendre dans le véhicule sans demander permission. C'est à peu près ce qu'avait fait Philando Castile: il avait dit au policier que son arme était dans sa poche, pas dans sa boîte à gant. L'officier ne l'avait pas cru.

La presse locale s'est un peu moquée de cette initiative avec des titres comme: «Nouveau but du code de la route: “Ne vous faites pas tuer par la police”».

Avant l'Arizona, d'autres États avaient pris des mesures similaires. En Virginie, une élue locale a fait passer une loi pour que les formations à la sécurité routière au lycée incluent des conseils sur les interactions avec la police. En tant que femme noire, elle était particulièrement inquiète à ce sujet.

«Il faut faire attention à ce que vos mains soient visibles, faire exactement ce que dit le policier et il faut que tout soit fait dans le calme», explique Sam Rasoul, un autre élu qui a soutenu la loi.

L'Illinois a aussi passé une loi similaire en août 2016. Un policier de Chicago à la retraite qui fait des formations sur le sujet depuis la mort en 1999 de Latanya Haggerty lors d'un contrôle routier, expliquait dans la presse:

«Au départ, les gens ont l'instinct de chercher leur permis de conduire. Que ce soit dans leur portefeuille ou dans leur sac. Et ce mouvement en lui-même peut inquiéter un officier de police».

Newsletters

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

Au temple d'Uluwatu, les macaques ont mis au point un système de troc pour que les touristes leur donnent à manger.

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Parce que le service de sécurité chargé d'assurer la protection d'Ivanka Trump n'avait pas accès à ses toilettes, les contribuables américains ont déboursé 3.000 dollars par mois pour que les agents puissent se soulager.

Newsletters