Monde

Un restaurant de Brooklyn est au cœur d'une polémique à cause «d'impacts de balle» sur ses murs

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 25.07.2017 à 17 h 38

Repéré sur Eater, Gothamist

Une histoire made in gentrification.

Brooklyn, New York is seen in the foreground.  | Kris Arnold via Wikimédia CC License by

Brooklyn, New York is seen in the foreground. | Kris Arnold via Wikimédia CC License by

La gentrification désigne ce un processus qui transforme un quartier jusque-là délaissé en nouveau territoire où viennent progressivement s'installer des catégories sociales plus aisées. Cela s'accompagne donc souvent de polémiques, la brasserie Barbès, installée en 2015 dans le quartier du même nom à Paris, en est une illustration parfaite.

L'Amérique connaît évidemment le même mouvement et tout particulièrement à Brooklyn, quartier de New-York très gentrifié où de jeunes blancs aisés sont arrivés là où des classes populaires noires vivaient depuis des années. Le site Eater explique ainsi pourquoi le restaurant Summerhill, qui vend essentiellement des sandwiches, affronte une vague de critiques. La raison est simple: sa propriétaire a menti dans un communiqué de presse. Elle a affirmé que son restaurant avait été, par le passé, un magasin d'armes illégal et que les trous dans ses murs étaient des impacts de balles. Dans une interview accordée au site Gothamist pourtant, Becca Brennan, patronne des lieux, a admis qu'elle n'avait aucune preuve que les impacts provenaient de coups de feu, ni que le lieu a bien vendu des armes un jour. Elle avait simplement vu passer un commentaire sur internet qui en parlait. «Je n'ai rien pour prouver cela, mais si on y pense en blaguant, alors ça peut être un impact de balle.»

Avant son aveu, des personnes l'accusaient déjà de capitaliser sur les stéréotypes que subit la communauté noire, population historique du quartier, aussi bien au niveau de la violence que de la pauvreté. Mais une fois cette interview donnée, note Eater, «la colère et les réactions ont été presque immédiates, le restaurant et Brennan a été qualifié de “cosplay de taudis”, de “porno de tragédie” et de “truc faussement ghetto”». Les pages Instagram et Yelp du Summerhill ont été inondées de critiques et, sur des flyers distribués après le début de la polémique, on pouvait lire des qualificatifs comme «raciste», «gentrificateur colonialiste». Il y a même eu une manifestation d'une cinquantaine de personnes devant le restaurant avec des demandes très précises, notamment le retrait de ce mur couvert d'impacts «de balle».

Sur un flyer distribué lors de ce regroupement, Brennan s'excuse: «Je voudrais présenter mes plus plates excuses si mes récents propos ont pu blesser. Mon intention n'était pas d'être insensible vis-à-vis des personnes vivant dans le quartier, et je suis désolée si mes mots ont blessé. J'ai traité avec légèreté un sujet grave, c'était mal.» Le nom de Summerhill désigne un quartier huppé de Toronto, la ville dont Becca Brennan est originaire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte