Culture

Pour devenir une star à Hollywood, les règles ont changé

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 25.07.2017 à 16 h 05

Repéré sur GQ

Il faut des abonnés, beaucoup d'abonnés.

Image extraite d'une vidéo de Jake Paul.

Image extraite d'une vidéo de Jake Paul.

Pendant des décennies, la carrière des comédiens à Hollywood commençait plus ou moins de la même façon: il fallait faire une école de théâtre en espérant être repéré par un agent qui les aidait alors à décrocher des contrats et à perfectionner leur jeu. «Il n'y a plus de route traditionnelle», explique aujourd'hui à GQ l'agent Maury DiMauro, à qui l'on doit notamment la découverte de Channing Tatum ou Amanda Seyfried.

Le magazine explique sur son site que, désormais, le chemin vers Hollywood passe en grande partie par internet. Et c'est essentiellement dû à des services de streaming comme Netflix, Amazon, Hulu et bien d'autres, qui cassent complètement les codes et la temporalité des grands studios. L'acteur Beau Mirchoff explique sa vision des choses: «Maintenant ils [les grands studios] font des films à 100 millions de dollars, n'est-ce pas? Je sors rarement pour ces choses-là. Parce qu'il s'agit d'offres directes, parce qu'ils veulent les Brad Pitt du monde. Donc maintenant il y a les films à plus petit budget, qui sont beaucoup plus nombreux. Vous avez ces petits films, que l'on donne à ceux qui ne sont pas Brad Pitt. Et il y a des histoires plus humaines, ce qui est vraiment cool selon moi.» En gros, les studios historiques ne produisent plus que des blockbusters avec des vedettes, ce qui laisse aux Netflix et Amazon tout le loisir de produire des contenus moins chers mais plus accessibles pour les acteurs et actrices en herbe. Devenir une star ne passe même plus forcément par le grand écran: de grandes vedettes, comme Elisabeth Moss, brillent dans des séries télévisées. Seulement voilà, même des actrices comme Nicole Kidman ont désormais toute leur place, comme récemment dans l'excellent Big Little Lies.

Ingénierie inversée

Heureusement, les débutants peuvent s'appuyer sur les réseaux sociaux. Jake Paul a déménagé depuis Cleveland vers Hollywood après son succès sur la plateforme Vine. A l'inverse de Betty dans le film Mulholland Drive, qui arrive à Los Angeles inconnue, Paul était déjà une star. «Je pense que c'est de l'ingénierie inversée, explique-t-il. Toutes les stars des réseaux sociaux passent par la porte de derrière, et tout le monde essaye de passer par devant, il y a une file d'attente dehors. Puis tout le monde essaye de passer par-derrière, mais il y a un agent de sécurité, vous voyez? Voici une analogie, je suppose. Pourquoi est-ce qu'ils engageraient quelqu'un avec les mêmes capacités de comédie mais qui n'a pas d'abonnés. Ils ne feront pas tant d'argent que ça.» Et effectivement, GQ confirme l'importance de la visibilité sur les réseaux sociaux en citant l'audition d'une jeune actrice, Paris Berelc, pour un film indépendant. Les responsables du casting lui ont demandé immédiatement combien d'abonnés elle avait sur Instagram.

Mais la popularité sur internet et ses codes peut aussi se retourner contre soi. Depuis la publication de l'article, nous avons appris que Jake Paul, qui avait rejoint une chaîne Disney, a dû la quitter après de nombreux problèmes avec ses voisins et certains proches, à qui il faisait subir tout un tas de blagues qu'il filmait pour les mettre en ligne. Le chemin vers Hollywood, et tout le catalogue Disney (on parle de Marvel et de Star Wars) semble compromis pour lui. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte