Monde

Cette Amérique où Trump est vu comme un sauveur

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 25.07.2017 à 12 h 17

Repéré sur BBC

Bienvenue à Jamestown, Tennessee, l'une des villes les plus blanches et les plus pauvres des États-Unis.

Donald Trump au National Boy Scout Jamboree, le 24 juillet 2017. SAUL LOEB / AFP

Donald Trump au National Boy Scout Jamboree, le 24 juillet 2017. SAUL LOEB / AFP

La BBC a décidé de se rendre cet été dans une ville américaine bien particulière. Jamestown, dans le Tennessee, est l'une des villes majoritairement blanches (95%) les plus pauvres du pays. Pour comprendre à quel point la crise l'a frappée de plein fouet, il suffit de se rendre dans le centre de la ville. «A Jamestown, les rues qui forment le centre sont désertes, écrit la BBC. Une petite marche vous mène vers une rangée de magasins avec des étagères vides, des stores cassés, et des mois de courriers empilés sous les portes d'entrée.» Depuis 2015, la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ils sont nombreux à blâmer le Nafta, le North American Free Trade Agreement, qu'ils accusent d'avoir déplacé leurs emplois vers le Mexique.

Mais avec l'élection de Donald Trump, l'optimisme a fait son retour dans la ville, qui a voté à 82,5% pour l'actuel président. «J'ai bon espoir à propos de sa promesse de recréer de l'emploi, je l'ai vu moi-même avec la réouverture de mon business, explique Clint Barta, patron d'une société de plomberie. Trump est un businessman et je préfère avoir un businessman au pouvoir plutôt qu'un politicien.» Il faut dire que le Tennessee, durant les cent premiers jours de mandat de Donald Trump, a connu la meilleure croissance en terme d'emploi dans les petites entreprises. «Et en mai, l'État a vu sa plus grosse chute du chômage d'un mois à l'autre en plus de trente ans», ajoute la BBC. Et même si ces statistiques évoluaient positivement avant sa prise de fonction, la phrase prononcée un jour par Donald Trump, celle où il promettait de devenir «le plus grand producteur d'emplois que Dieu eût jamais créé», est largement validée par les habitants de Jamestown. «J'aime Trump, dit Nancy, une retraitée de 68 ans. Il va faire bouger les choses qui devaient être bousculées depuis longtemps, il ne fait pas partie du système politique qui nous a tirés vers le bas.»

Pourtant, les raisons de s'inquiéter sont nombreuses. Le centre de recherche d'emploi est si petit et inutile que de nombreux habitants pensent qu'il n'existe pas. La BBC a découvert un centre de distribution de nourriture, qui aide 150 familles chaque semaine. Kenny Jones, qui a longtemps travaillé dans l'industrie de la construction avant de connaître le chômage, explique qu'il suffit qu'une offre d'emploi apparaisse pour que vingt personnes fassent la queue devant vous. «Cette ville vous mangera si vous la laissez faire, dit-il, et cela ne va jamais s'améliorer.»  

Pour lire la suite du passionnant reportage de la BBC, c'est par ici.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte