Sciences / Monde

Une entreprise américaine va implanter des puces électroniques dans les mains de ses salariés

Temps de lecture : 2 min

Le but: faciliter le paiement des employés aux distributeurs automatiques, ou encore leur connexion à leur ordinateur.

Un employé de l'entreprise de cybersécurité Kaspersky Lab montre une puce électronique destinée à être implantée. Septembre 2015, Berlin. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGAL
Un employé de l'entreprise de cybersécurité Kaspersky Lab montre une puce électronique destinée à être implantée. Septembre 2015, Berlin. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGAL

Three Square Market, une entreprise basée à River Falls dans le Wisconsin et spécialisée dans les logiciels de distributeurs automatiques, a annoncé qu’elle allait équiper ses salariés de puces électroniques, d’après la chaîne de télévision KSTP-TV.

Placées entre le pouce et l’index, les petites puces –pas plus épaisses qu’un grain de riz– disposent de la même technologie que les cartes bancaires et les téléphones de paiement sans contact. Les employés pourront ainsi payer aux distributeurs automatiques d’un simple revers de la main, mais également ouvrir la porte principale de l’entreprise, se connecter à leur ordinateur ou encore utiliser la photocopieuse.

Une «avancée inévitable»

Interrogé par KSTP-TV, Todd Westby, le directeur de Three Square Market, a affirmé que l’implantation de puces électroniques sous la peau humaine était «la prochaine grande avancée inévitable qui se produira» et a ajouté que lui et son entreprise «voulaient en faire partie». Dans le reportage réalisé pour la chaîne, il décrit le processus de paiement:

«Vous venez, vous scannez le produit (…). On vous demande alors de présenter votre moyen de paiement, et là, vous tendez la main, et comme avec un téléphone, vous payez votre produit.»

https://www.youtube.com/embed/5I27upoq0zA?ecver=1

La démarche de cette entreprise du Wisconsin est une première aux États-Unis, mais Three Square Market a pris exemple sur Epicenter, une start-up suédoise, qui équipe ses salariés de puces similaires depuis avril 2017.

Pour Ben Libberton, microbiologiste à l'Institut Karolinska de l'Université de médecine de Solna, en Suède, ces puces comportent des risques d'atteinte à la liberté:

«Ces puces peuvent collecter des données sur votre santé, sur votre temps de travail, sur votre localisation, sur le temps que vous passez aux toilettes. Toutes ces données pourraient logiquement être collectées (...). Et que se passe-t-il ensuite? Pour quoi sont-elles utilisées? Par qui? Qui peut y avoir accès?»

Todd Westby à quant à lui essayé de rassurer les plus dubitatifs en affirmant que les puces en question ne contenaient aucun traceur GPS, et que l’implantation se faisait sur la base du volontariat. Les salariés qui voudront continuer à sortir leurs billets et leurs cartes bleues à la machine à café seront fort heureusement libres de le faire.

Pour l’heure, plus de cinquante employés ont déjà décidé d’avoir recours à l’implantation de cette puce, qui devrait commencer le 1er août à Three Square Market.

Newsletters

Le braconnage peut modifier l’ADN des animaux

Le braconnage peut modifier l’ADN des animaux

Les éléphants sans défenses sont plus nombreux là où ils sont chassés.

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Les reins sont responsables de l'équilibre hydrique de l'organisme, ce qui les rend particulièrement sensibles aux températures extrêmes.

Être enceinte et positive au Covid-19 est d'autant plus dangereux si on attend un garçon

Être enceinte et positive au Covid-19 est d'autant plus dangereux si on attend un garçon

Le sexe du fœtus influence à la fois la capacité de la mère à générer des anticorps contre le virus et à les transférer à son bébé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio