France

Les mensonges rapportent des voix à Marine Le Pen, le fact-checking ne lui en enlève pas

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 26.07.2017 à 7 h 02

Selon une nouvelle étude menée sur la présidentielle française, les fausses informations relayées par Marine Le Pen sur l'immigration lui rapportent des électeurs.

JOËL SAGET / AFP.

JOËL SAGET / AFP.

Fake news contre fact-checking, qui l'emporte? Quand Marine Le Pen affirme faussement que 99% des réfugiés arrivant à nos frontières sont des hommes, qu'ils viennent tous en France pour profiter de notre système social sans travailler ou qu'ils auraient dû rester se battre dans leurs pays comme l'ont fait massivement les Français pendant la Seconde Guerre mondiale, quel impact ont ces «informations» sur l'électorat visé? Pour le savoir, quatre chercheurs, Oscar Barrera et Ekaterina Zhuravskaya de la Paris School of Economics et Sergei Guriev et Emeric Henry de Sciences Po Paris ont soumis en mars dernier, lors de la campagne présidentielle, environ 2.500 électeurs à des fausses informations sur les migrants venus de la mer Méditerranée. Leur objectif: examiner comment elles affectent les croyances et les intentions de vote des Français, même (voire surtout) quand elles sont corrigées.

Les sondés étaient divisés en quatre groupes égaux. Le premier, le «groupe de contrôle», ne recevait aucune information; le second lisait une série d'affirmations de Marine Le Pen sur l'immigration; le troisième, une série de statistiques officielles liées à ces affirmations, mais pas les affirmations elles-mêmes; le quatrième, les affirmations et les statistiques, les fake news comme le fact-checking. Les chercheurs posaient ensuite une série de questions aux sondés, notamment sur leur intention de vote, avec une série d'expériences pour valider la sincérité de celle-ci.

Selon les résultats de leur étude, qui viennent tout juste de faire l'objet d'une première publication, dans le deuxième groupe, celui des «faits alternatifs», les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen sont plus élevées d'environ 7 points que dans le groupe de contrôle. Les chercheurs notent une hausse identique pour... le quatrième groupe, celui qui a eu droit aux faits alternatifs et au fact-checking. Dans le troisième groupe, celui qui n'a été exposé qu'aux faits, les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen sont également plus élevées que dans le groupe de contrôle, cette fois de 4,6 points. La conclusion est évidemment déprimante:

«Le fact-checking échoue complètement à contrecarrer l'effet persuasif des arguments populistes fondés sur les faits alternatifs.»

Les électeurs acceptent la vérité, mais n'en tiennent pas compte

Ce qui ne veut pas dire, pourtant, qu'il échoue à rétablir la vérité –juste que les électeurs n'ont pas forcément envie d'en tenir compte. Par exemple, quand on présente aux sondés les statistiques officielles sur le pourcentage d'hommes parmi les réfugiés (en réalité de 58%), leur opinion sur le sujet change: ils sont moitié moins à soutenir encore mordicus que les hommes représentent plus 90% des réfugiés, et adoptent en grande majorité le bon chiffre. Une conclusion cohérente avec celle d'une récente étude menée en collaboration par des chercheurs américains dont les travaux précédents sur l'impact des mensonges en politiques donnaient des résultats divergents: en interrogeant des électeurs de Donald Trump et Hillary Clinton sur la criminalité, ils se sont rendus compte qu'ils changeaient d'avis une fois exposés aux bonnes statistiques, mais pas forcément d'opinion sur le candidat.

Des exemples de changements d'attitudes provoqués par le fact-checking: à gauche, la proportion de sondés qui croient que les hommes représentent de 0 à 10% des réfugiés, de 10 à 20%, de 20 à 30%, etc; à droite, la proportion de sondés qui croient que 0 à 10%, 10 à 20%, 20 à 30%, etc, des immigrés occupent un emploi en France. À chaque fois, la barre marron représente l'opinion après exposition aux déclarations de Marine Le Pen, la barre blanche l'opinion après exposition au fact-checking de celles-ci. Source: Oscar Barrera, Sergei Guriev, Emeric Henry et Ekaterina Zhuravskaya, «Facts, Alternative Facts, and Fact Checking in Times of Post-Truth Politics».

Comme l'écrivent les chercheurs, «en d'autres mots, pour ce qui est de communiquer les faits, le fact-checking fonctionne»: «Dans l'ensemble, nous trouvons des preuves solides du fait que les participants apprennent les faits quand ils leur sont exposés.» En revanche, «le fact-checking corrige les connaissances réelles, mais pas les conclusions mises en avant par Marine Le Pen». Selon eux, «même si l'utilisation de statistiques (fausses) apporte de la crédibilité aux déclarations d'un politique populiste, les électeurs ne se souviennent que du message principal de ses déclarations, et fondent leurs conclusions sur l'impression laissée par ce message davantage que sur les chiffres». En d'autres termes, le fact-checking passe à travers le prisme des présupposés de chacun, et ceux qui, par exemple, considèrent déjà que les réfugiés migrent pour des raisons économiques, et pas de sécurité, ne changent pas leur vote.

Un deuxième mécanisme entre en jeu, qui explique lui la hausse des intentions de vote en faveur de Marine Le Pen dans le groupe qui se voit seulement exposé aux vraies statistiques: celui du «cadrage» de la campagne électorale, qui est jugé plus favorable au FN quand elle se concentre sur un sujet comme l'immigration. Dans l'échantillon analysé dans l'étude, les électeurs dont la connaissance du sujet était faible et qui sont exposés aux vrais chiffres voient leurs intentions de vote en faveur de Marine Le Pen augmenter de sept points, alors qu'aucun effet n'est constaté quand leur connaissance du sujet est déjà grande. En d'autres termes, les faits peuvent faire voter un électeur peu informé en faveur d'un candidat même quand le candidat lui-même ne les maîtrise pas, pour peu qu'ils le transportent dans son monde, celui où on lui demande de lire «plusieurs chiffres à propos des migrants, relatifs à la raison de leur venue et leur impact sur les travailleurs et retraités français», comme l'expliquait le questionnaire.

«Qu'ils mangent de la brioche!»

Cette étude s'inscrit dans un contexte où, au-delà du cas français, le fact-checking a été abondamment critiqué ces derniers mois, au point d'être par exemple qualifié par l'éditorialiste Clive Crook de «très souvent du journalisme d'opinion dissimulé». Il l'a d'abord été avec le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, lors duquel le camp du «Leave» avait faussement affirmé que l'appartenance coûtait au pays 350 millions de livres par semaine qui pourraient être reversés à la Sécurité sociale; puis l'a été lors de la présidentielle américaine, remportée par un homme qui ment tellement que la liste de ses mensonges de candidat ou de président occupe de très longues pages.

Quelques jours après l'élection de Trump, Samuel Laurent, responsable des Décodeurs du Monde, jugeait ces critiques excessives, expliquant que pour que le fact-checking modifie les comportements électoraux:

«Encore faut-il que nous soyons lus, que ces explications soient relayées au public susceptible de croire les mensonges, et pas seulement à celui qui, étant déjà opposé au menteur, est ravi de lire un article confirmant son opinion. Et encore faut-il, surtout, que nous soyons crus: c’est un autre paradoxe, sans doute, que d’attendre de médias largement vilipendés qu’ils soient massivement influents auprès du plus grand nombre quant à la vérification de propos.»

«Le saviez-vous? Libération, Le Monde et Buzzfeed contrediront les propos de Marine Le Pen en 2017. C’est bien la preuve qu’elle a raison», écrivait Vincent Glad dans Libération l'an dernier.  Des études comme celle menée par les chercheurs de la Paris School of Economics et de Sciences Po Paris ont le mérite de nous rappeler que les faits passent par le prisme des influences partisanes et des grilles de lectures, et qu'un candidat qui ne fonderait sa campagne électorale que sur la correction de l'adversaire, ou des médias qui se contenteraient de compter les mensonges (les points) sans débattre vraiment de la version du monde qu'ils reflètent feraient fausse route.

Après la victoire de Trump, le patron du site TechDirt Mike Masnick (à qui on doit le concept d'«effet Streisand») écrivait que proposer aux électeurs des «piles de faits» plutôt que des idées ou des débats revenait à dire aux pauvres privés de pain: «Qu'ils mangent de la brioche!» Comme en écho, les quatre chercheurs affirment que «l'impact des messages de campagne électorale n'est pas limité à des faits et des chiffres: il relève d'abord et avant tout du récit». D'ailleurs, si Marine Le Pen a finalement dévissé dans les derniers jours de la présidentielle, est-ce à cause de ses mensonges et erreurs factuelles durant son débat avec Emmanuel Macron, ou parce qu'elle a présenté à 16,5 millions de spectateurs le récit d'une dirigeante agressive qui a transformé l'ultime face à face en ring de boxe?

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (932 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte