Société

Les cabarets parisiens touchés par la crise

Temps de lecture : 2 min

«Les danseuses vont se rhabiller. Les plumes seront remisées dans un placard. Et le champagne conservé au frais. La fête est finie à Bobin’O.» Le Parisien remarque que les cabarets parisiens commencent à être touchés par la crise.

Le Bobin’O va fermer cinq mois, le Paradis Latin tous les lundi, le Lido fait des promotions. «Si les cabarets disparaissent, c’est toute l’image de Paris qui va en souffrir», prévient Jean-Claude Hallé, conseiller auprès du directeur du Paradis Latin, cabaret dans le cinquième arrondissement.

Photo Spectacle au Bobin'O, site du cabaret.

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Le Covid a-t-il mis fin aux grosses fêtes de mariage?

Le Covid a-t-il mis fin aux grosses fêtes de mariage?

On va enfin cesser d'inviter ces cousins et cousines dont on se fiche bien.

L'art et la manière de vivre des Roms

L'art et la manière de vivre des Roms

Dans la pensée rom, rien n'est plus important que la liberté d'aller et venir.

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio