Société

Les cabarets parisiens touchés par la crise

Temps de lecture : 2 min

«Les danseuses vont se rhabiller. Les plumes seront remisées dans un placard. Et le champagne conservé au frais. La fête est finie à Bobin’O.» Le Parisien remarque que les cabarets parisiens commencent à être touchés par la crise.

Le Bobin’O va fermer cinq mois, le Paradis Latin tous les lundi, le Lido fait des promotions. «Si les cabarets disparaissent, c’est toute l’image de Paris qui va en souffrir», prévient Jean-Claude Hallé, conseiller auprès du directeur du Paradis Latin, cabaret dans le cinquième arrondissement.

Photo Spectacle au Bobin'O, site du cabaret.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Mais de quoi parlent les femmes pour rester si longtemps au téléphone?

Mais de quoi parlent les femmes pour rester si longtemps au téléphone?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Mes conversations téléphoniques durent trois minutes. Celles de ma femme, trois heures.

À Calais, le retrait d'un gros donateur met en difficulté les associations d'aide aux migrants

À Calais, le retrait d'un gros donateur met en difficulté les associations d'aide aux migrants

​​​​​​​Le fonds britannique Choose Love a retiré ses financements à sept organisations calaisiennes. En charge des personnes exilées, certaines se retrouvent plongées dans l'incertitude, avec l'impératif de trouver d'autres sources d'argent.

À qui profitent les bullshit jobs?

À qui profitent les bullshit jobs?

Au fond, si le marché récompensait véritablement l'efficience, les tâches inutiles devraient disparaître naturellement. Non?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio