France

Le grand blues des journalistes politiques

Roselyne Febvre , mis à jour le 19.07.2017 à 14 h 20

Nous abordions l’année de campagne présidentielle et législative avec un ennui prémâché. Les mêmes face aux mêmes. Tout commença comme ça.

Emmanuel Macron au Touquet, le 23 avril 2017 | Philippe Huguen / AFP

Emmanuel Macron au Touquet, le 23 avril 2017 | Philippe Huguen / AFP

La politique fiche le blues. Les journalistes chantent le blues. Médias et politiques baignons dans le même opprobre, la même défiance de l’opinion. Réduits depuis si longtemps à être les chroniqueurs du vide, du dérisoire, à commenter des petites phrases sitôt oubliées et décréter que ces dernières sont des «polémiques» fondamentales ou des «couacs» inédits.

Les journalistes n’avaient déjà plus confiance dans les politiques qui leur rabâchent les mêmes histoires depuis des lustres, livrent des mêmes petites batailles byzantines, crachent la haine recuite de leur formation politique, régressent en bagarre de bac-à-sable qu’ils soient au PS, à l’UMP, et maintenant chez Les Républicains. La politique est réduite à un concentré guère plus élaboré qu’une cour de récré où chacun veut piquer le seau et la pelle du voisin. Croire encore que la politique vole haut, débat d’idées, de projets pour la France, de personnages désintéressés vous était renvoyé comme une illusion. S’approcher de la politique ne peut que brûler et décevoir.

Au commencement était l'ennui

Nous abordions l’année de campagne présidentielle et législative avec un ennui prémâché. Les mêmes face aux mêmes. Tout commença comme ça.

Avant novembre et les primaires de la droite, nous, journalistes politiques, avions décidé tous en chœur et clamé en fanfare que le prochain président de la République serait issu des rangs de la droite. Alternance obligatoire, faite, décidée, gravée dans le marbre, venue comme du ciel. Et le gagnant serait Alain Juppé. Il était vainqueur des sondages, il sera le vainqueur des suffrages. Nous avions été échaudés avec Edouard Balladur, lui aussi désigné vainqueur de la présidentielle en 1995 avant que les choses se retournent en faveur de Chirac. Mais l'on oublie toujours que l’histoire politique, comme la vie, prend les événements à revers.

Nous voilà donc avec sept candidats en lice pour un exercice inédit à droite qui pour la première fois s’essayait à cette bizarrerie: la démocratie interne appelée «Primaires». Nicolas Sarkozy sans conviction s’y est lancé lui-même, sa nature l’y forçait; ne jamais avoir le regret de n’y être pas allé. Mais il n’avait plus, à nos yeux, les attraits neufs de 2007. Ni lui, ni personne. Les Primaires de droite ont collé à notre idée préconçue: sans passion.

Débats ennuyeux comme déjà vus cent fois. Tous en rangs d’oignons … NKM en rouge, seule tâche de couleur dans ce monde gris. François Fillon a un beau costume mais personne ne s’en rend compte. Jean-François Copé croit qu’on peut finalement le trouver sympathique. Bruno Le Maire rate son effet «Impulse». Jean-Fréderic Poisson joue l’exotique dans le bocal. Pas de relance, pas de confrontation, guère de hauteur. Commentaires des journalistes à longueur de papiers et d’analyses: «chacun dans son couloir» répété en boucle… Untel veut baisser la CSG, l’autre supprimer 500.000 fonctionnaires, un troisième 300.000. Les soirées débats ressemblent à un dîner avec un expert comptable. On pique du nez. Minuit. Aspirine. Dodo.

Rebondissements

Puis, après des semaines de débats le 27 novembre: the winner is François Fillon. Le souffre douleur de Sarkozy a enfin sa revanche. Mister Nobody brille au firmament. Sarko troisième. Juppé le Sage, retourne au vestiaire, la poisse ne l’a finalement jamais quitté. Fillon le thatchérien gagne l’électorat des primaires: la droite veut du dur. Alternance? Pour le coup oui. Alternance avec vingt ans d’immobilisme. Les journalistes ouvrent un œil. Tiens, un peu de neuf? Un peu de radicalité? Un peu d’idées fussent-elles droite-droite?

L’affaire Pénélope est déclenchée. Elle enfle et grandit comme un soufflé. Elle ne retombe pas. Fillon-Thatcher n’est que trente ans d’habitudes de la vieille politique, celle des privilèges et immunités. Il coule. Il nous faut commenter cette noyade en direct. Fillon se débat et tient bon pour ne retomber que de plus haut. Son «je ne me retirerai pas» ne l'empêchera pas de finir en charpie, des valises d’une tonne sous les yeux.

Ambiance cimetière

Vient la Primaire de gauche. La vie politique promettait aux quinquas socialistes leur heure de vérité. Les Valls, Montebourg, Hamon et consorts ne prétendaient pas mener à la victoire le socialisme français mais chacun visait le coup d’après. L’un du côté droit, les autres du côté gauche. Mais encore les mêmes, ceux qui nous désolent depuis vingt ans de leurs petites rivalités. Arnaud Montebourg le Cyrano à plumes est revenu du monde de l’entreprise nous éventer, le cocasse Jean-Luc Benhammias n’amuse pas, Manuel Valls le petit Torrero pensait, après avoir laminé Pépère, emporter la mise. Benoit Hamon n’intéresse pas.

Puis, comme avec Fillon, celui que l’on n'attendait pas l’emporte. Les journalistes ouvrent l’autre œil. Tiens encore du radical? Gauche comme droite veulent du dur? Las, le roi des frondeurs, ne tient pas la mer. Sa campagne s’abîme sitôt lancée. Tous les quinquas socialistes qui croyaient conquérir le pouvoir pour eux-mêmes se retrouvent dépités et sans élan.

Pour les journalistes, cette autre descente aux enfers n’est pas plus amusante. Le socialisme français aura été assassiné par ces Frondeurs qui croyaient le ranimer et commenter la mort n’est ni réjouissant, ni épanouissant. Morne ambiance au cimetière socialiste.

Comme une aube nouvelle

Pourtant pendant ce temps là, un nouveau monde pointait comme une aube. Une silhouette se dessinait. Un personnage à la fois moderne et curieusement vintage. Un physique à la Jean-Louis Trintignant jeune. Des goûts dans la tradition littéraire. Il a étudié la philosophie et il la lie étroitement à la politique. Il intrigue. Jeune et tradi à la fois. Mais les journalistes politiques le «loupent». Emmanuel Macron n’est qu’un phénomène éphémère, un Lecanuet ou un JJSS, et comme les autres, pensent-ils, son feu ne durera pas. Les journalistes politiques sont imbibés de la vieille politique: rien ne change, rien ne peut changer vraiment. Ils vont moquer Macron qui s’égosille sur scène, les réseaux sociaux vont à la caricature. On dit ses discours «centristes», ni de gauche ni de droite, c’est-à-dire plats et ennuyeux. Les médias n’ont rien vu venir.

L’intérêt ne nait que doucement, avec un étrange mélange d’incrédulité et de fascination quand les sondages le mettent devant, vers mars. Mais pour les journalistes politiques, Macron reste un ovni, ils ont du mal à saisir le bonhomme, trop rapide, sans cicatrice, idéologie inclassable qu’on ne peut étiqueter, avec une vie privée hors-norme.

Ce printemps 2017, Fillon s’enfonce dans les sables mouvants de ses affaires, Hamon part dans la mer des Sargasses. Macron consolide sa première place. Il gagne le premier tour.

Le bruit du FN

Et Marine Le Pen? Elle caracole dans les sondages et fait du bruit. Aucun journaliste ne parvient à la coincer sur la sortie de l’euro, le retour au franc, ou son nouveau micmac des deux monnaies annoncées en fin de campagne pour amortir la peur de la sortie de l’euro dans l’opinion. Ca bosse dans les rédactions mais personne n’arrive à démonter son programme. Echec douloureux. Marine Le Pen a du métier. Elle a compris que le journaliste politique n’est pas un crac en économie. Quand vous l’interviewez, elle sait vous emmener dans les détails, vous perdre dans le dédale et vous voilà incapable de rétorquer à ses arguments tout simplement parce que vous ne comprenez plus rien. Déprimant. Tous les journalistes pensent (comme elle) qu’elle va écraser le candidat de l’élite lors du débat du second tour. En deux heures de temps, Macron réussira ce que les journalistes n’ont su faire: la décrédibiliser et pour longtemps. Elle confondait les turbines et les téléphones. Il gagne le débat et la suite.

Il a 39 ans. Il y a quatre ans, personne ne connaissait son nom. Seuls quelques happy few qui avaient suivi de près la commission Attali sous Sarkozy et dont Macron était rapporteur, savent ce que vaut ce garçon. Mais qui est-il? A quelle étoile du cosmos est-il ainsi lié? A la barbe de tous, il a conçu, scénarisé et réalisé son destin.

Président de la République, un nouveau chapitre avec la presse s’ouvre. Game of Thrones, nouvelle saison.

Trahir avec méthode

Les journalistes politiques vont déchanter. Ils comprennent très vite que le Président n’est pas le gamin souriant aux dents de lait. Ils auraient dû mieux écouter la petite phrase off de François Hollande: «il m’a trahi avec méthode».

Par cette confidence celui qui, à l’époque, est encore Président, offrait la possibilité de comprendre que le jeune Macron n’est pas qu’un gentil garçon souriant. Il est surnommé Jupiter. Et Jupiter a de la poigne. Trump en sait quelque chose.

Emmanuel Macron n’aime pas les journalistes, il me semble bien qu’il les déteste même. Il s’en passe. Il dépasse, il outrepasse en parlant directement aux Français. Il se veut au dessus du bruit médiatique en jouant les lointains et il sait bien que les Français ne vont pas courir à la défense d’une profession suspecte, ni pleurer sur le sort des pauvres journalistes laissés pour compte, ignoré du Très Haut. En proie aux affres de l’indifférence macronienne, les médias n’ont plus d’os à ronger, plus de conseillers à torturer, plus de confidences à extorquer. Ça verrouille au sommet du Mont Elysée. 

Le vieux monde s’en est allé. Celui de la proximité président-journalistes. Plus de Pierre Favier, Fabien-Roland Levy où Georges-Marc Benamou, qui approchaient intimement Mitterrand jusque dans sa bergerie de Latché. Finies les heures de confidences de François Hollande à Fabrice Lhomme et Gérard Davet du Monde qui en ont conçu une bombe à retardement Un Président ne devrait pas dire ça. Terminés les déjeuners à l’Elysée autour du président où se pressaient le gratin des éditorialistes. Le 22 à l’Elysée ne répond plus. Les conseillers travaillent et ne se perdent plus dans les commentaires et les explications. La conseillère presse avoue publiquement qu’elle assume mentir.

La presse politique a le blues. Elle a peur de dégager comme la classe politique. Nous voilà obligés, nous aussi, de nous réinventer.

Roselyne Febvre
Roselyne Febvre (9 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte