Égalités / Monde

L'enquête ouverte par l'Arabie Saoudite sur une femme en minijupe sur Snapchat est terminée

Temps de lecture : 2 min

Moins de 24 heures après la publication de la vidéo, le «Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice» était déjà sur l'affaire.

Une mannequin saoudienne s'est fait filmer en train de marcher en minijupe dans le fort historique du village d'Ushayqir, dans une région particulièrement conservatrice du pays. Elle a posté la vidéo sur Snapchat, et les images ont aussi été partagées sur Twitter.

Très vite, le «Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice» a riposté. «La présidence a identifié une vidéo d'une fille avec des vêtements différents et nous nous coordonnons avec les autorités pour enquêter», a déclaré son porte-parole.

Des internautes ont posté ce qui semble être un mandat d'arrêt de la police de Ryad. On peut y lire que la jeune femme, du nom de Khulood, est accusée d'avoir pris «des photos alors qu'elle portait des habits indécents, manquant ainsi de respect et violant les enseignements de l'islam, ainsi que les traditions et coutumes du pays». En Arabie saoudite, les femmes sont obligées de porter de longues tuniques, les abayas, et de couvrir leur visage et leurs cheveux.

Les habits de Khulood ont lancé un débat houleux sur les réseaux sociaux saoudiens. Certains utilisent l'exemple de la France pour tenter de justifier l'interdiction des jupes courtes:

«Il faut respecter les lois du pays. En France, le niqab est interdit et les femmes doient payer une amende si elles le portent. En Arabie saoudite, porter des abayas et des vêtements modestes fait partie des lois du royaume.»

Certains ont dénoncé le deux poids deux mesures des autorités selon que les femmes sont étrangères ou saoudiennes.

«Si c'était une étrangère, ils loueraient la beauté de sa taille et de ses yeux... Mais parce qu'elle est saoudienne, ils demandent qu'elle soit arrêtée.»

Un des posts les plus populaires sur le sujet montre la mannequin saoudienne avec la tête d'Ivanka Trump, la fille du président des États-Unis, pour dénoncer le fait que les dignitaires étrangers et leurs épouses soient autorisés à porter des vêtements à l'occidentale.

«OK, stop. On a résolu le problème.»

Newsletters

Peut-on exister dans l'espace public français quand on porte un hijab?

Peut-on exister dans l'espace public français quand on porte un hijab?

Imane Boun, qui a quitté Twitter après une reprise insultante de la journaliste Judith Waintraub, n'est pas la première à être visée par des propos islamophobes au seul motif de porter le voile.

Le confinement nous a offert une projection du congé paternité allongé

Le confinement nous a offert une projection du congé paternité allongé

Cette réforme favoriserait l'égalité hommes-femmes si tant est que les représentations de la mère comme principale responsable du bébé n'en limitent pas l'efficacité.

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Newsletters