Monde

La télévision d'État russe estime que les hand spinners menacent Vladimir Poutine

Temps de lecture : 2 min

A écouter les Russes, le célèbre jouet a été créé par des Américains en vue de pousser les opposants au régime russe à commettre des actes contre le président de la Fédération de Russie.

Attention, cet objet peut vous «zombifier». | Robert Couse-Baker via Flickr CC License by
Attention, cet objet peut vous «zombifier». | Robert Couse-Baker via Flickr CC License by

Conçu à l'origine pour apaiser l'anxiété des enfants autistes, le hand spinner s'est imposé en fin d'année scolaire comme le must-have des cours de récré. Mais il semble provoquer l'effet inverse chez les journalistes de la télévision d'État russe, persuadés que la propagation mondiale de ce gadget recèle de sombres desseins. Comme, par exemple, encourager la jeunesse à commettre des actes d'opposition contre Vladimir Poutine.

Le petit appareil «rend une personne vulnérable à la manipulation», a ainsi affirmé le présentateur Alexey Kazakov dans l'un des nombreux programmes dédiés aux dangers des hand spinners sur la chaîne d'information en continu Rossiya 24, contrôlée par le gouvernement. Depuis le mois dernier, ce jouet en apparence inoffensif intrigue les experts russes qui le suspectent d'être un outil d'instrumentalisation des opposants au régime fabriqué par les États-Unis.

«Ce n'est probablement pas une coïncidence qu'ils aient commencé à en vendre lors d'événements organisés par l'opposition au système», a avancé Alexey Kazakov le 13 juillet, avant d'expliquer que l'objet pourrait être utilisé pour «zombifier» les gens, annihiler la pensée critique et expérimenter une sorte d'«hypnose».

Théorie complotiste

Pour appuyer cette thèse, l'émission a exposé le rapport d'une psychologue nommée Svetlana Filatova. Selon elle, les hand spinners peuvent développer l'adresse des enfants en bas âge mais ils «endorment» l'esprit, et la concentration qu'ils suscitent «vous entraîne dans un autre monde».

Les dangers des fameuses toupies avaient déjà été présentés lors d'un autre journal télévisé, le 19 juin, au cours duquel Alexey Kazakov racontait qu'elles «avaient souvent été aperçues dans les mains de membres de l'opposition au régime». Il remarquait aussi que les écoliers et collégiens russes continuaient de les utiliser massivement, alors que la tendance déclinait en Occident.

«Comme vous pouvez le constater, les inscriptions sont uniquement en anglais, tandis qu'il n'y a pas un mot en russe», avait lancé le co-présentateur Nikolay Sokolov en brandissant un hand spinner. «La raison pour laquelle il est devenu si populaire en Russie reste un mystère. Qui pourrait le promouvoir à ce point?»

Le journaliste indépendant Alexey Kovalev avait été, à ce moment-là, l'un des premiers à relever l'absurdité de cette théorie complotiste et à la tourner en dérision sur les réseaux sociaux:

«Ça vient de tomber, sur la télévision d'État Rossiya 24: l'opposition promeut les hand spinners, une invention américaine.»

«L'opposition utilise les hand spinners pour apaiser ses membres et les détourner des vrais problèmes. Parce que c'est le genre de choses que l'opposition fait.»

«Voilà à quoi ressemble la propagande russe. C'est le mieux qu'ils puissent faire. Et ce sont apparemment les mêmes personnes (il n'y en a pas d'autres) qui ont influencé l'élection américaine.»

Newsletters

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

Depuis le 1er janvier 2021, une loi permet au conjoint qui s'occupe des tâches ménagères et des enfants de demander une compensation financière lors du divorce.

Certains organismes terrestres pourraient survivre sur Mars

Certains organismes terrestres pourraient survivre sur Mars

Les bactéries ont été envoyées dans la stratosphère terrestre, dans des conditions similaires à celles de la planète rouge.

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

En souhaitant effacer de l'histoire certaines personnalités, les Romains ont fait tout le contraire. Une leçon à méditer, surtout avec des ex-dirigeants comme Trump.

Newsletters