Culture

A mort le père Noël

Temps de lecture : 2 min

Pas de répit pour le père Noël. A l’approche des fêtes, le philosophe Jean-Jacques Delfour lui règle son compte. Dans sa tribune titrée «Pourquoi je hais le père Noël» dans Libération, il fait du bedonnant homme en rouge une marionnette du marché et explique en quoi il est un «admirable outil de propagande». Utilisant et détournant les symboles christiques, le père Noël ne serait qu’un «publicitaire», «le VRP mondial du capitalisme. Il est un saint dévoué corps et âme à la cause des marchands» écrit le philosophe.

«Le père Noël est un pénis»

Delfour livre une vision assez décapante des récits liés au bien-aimé distributeur de jouets. «La fable des lutins, qui travaillent par plaisir dans son usine à cadeaux, sans salaire ni charges sociales, exprime le rêve secret de tout capitaliste.» Certaines interprétations sont plus surprenantes comme celle-ci:

Le père Noël est un pénis qui pénètre la maison mère, dont la cheminée est le vagin, l’âtre l’utérus, et les cadeaux les enfants engendrés.

Sur Rue 89, une enseignante, Agnès Lenoire, passe la deuxième couche sur le père Noël et revient sur la crise que peut provoquer pour les enfants la terrible révélation de l’inexistence du père Noël. La vie des petits commencerait par un cruel mensonge, chose que cette enseignante combat dans sa tribune. «Pourquoi le pousser dès 2 ou 3 ans dans cette croyance, qui est une immense escroquerie parentale et sociétale? Il a tant d'autres rêves à sa disposition, de vrais rêves, auxquels il met fin lui-même. Il n'a pas besoin de cette énorme conspiration, si taboue que les rares adultes qui osent la critiquer sont montrés du doigt», souligne-t-elle.

Noël et son afflux de crises cardiaques

Beaucoup plus terre à terre, sur CNN, le docteur Sanjay Gupta rappelle que Noël peut gravement nuire à la santé. Le nombre de crises cardiaques atteignent des records à cette occasion. En cause, la combinaison de plusieurs facteurs comme le stress, la nourriture et le manque de personnel dans les hôpitaux ce jour-là. A quoi s'ajoutent d’autres éléments plus étonnants tels les feux de cheminée.

Et pour ceux qui voudraient en finir au moins virtuellement avec cette fête, un petit jeu sur Internet, «War on Christmas», propose de tuer les rênes du père Noël. Si le joueur vise bien, cela envoie directement le père Noël dans un mixeur. Radical.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une: Stéfan via Flickr

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio