Science & santé

«À 33 ans, j’ai beau faire des rencontres et travailler sur moi, ça ne fonctionne jamais»

Lucile Bellan, mis à jour le 25.07.2017 à 14 h 00

Cette semaine Lucile S. conseille Assma, 33 ans, qui ne comprend pas que ses relations ne durent pas plus longtemps.

Le repos | Unknown via Wikimedia CC License by

Le repos | Unknown via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

J’ai 33 ans bientôt 34, j’ai une vie parfaite, une famille aimante, des amis géniaux qui sont plus que des amis, un job sympa. Je voyage, je lis, je découvre de nouvelles choses chaque jour... Bref, je suis heureuse dans ma vie.

Physiquement, je plais, je fais des rencontres dans la vraie vie et sur les applis également. À chaque rendez-vous, ça fonctionne, je passe systématiquement un très bon moment et il est rare que l’homme que je rencontre n’ait pas envie de me revoir.

J’ai eu des histoires d’amours plus ou moins bancales, et aussi de très belles. Et de toutes, je garde un merveilleux souvenir car elles m’ont appris sur moi et m’ont fait grandir.

Seulement voilà, j’ai beau faire des rencontres et travailler sur moi, ça ne fonctionne jamais… toujours pour des raisons qui se tiennent.

Je sais qu’a partir d’un moment je peux sembler manquer de confiance en moi –et je travaille également là dessus– mais, à chaque fois, systématiquement ça tombe à l’eau. J’essaye de ne pas m’arrêter à ça, de ne pas le prendre «personnellement», de me dire que si ça ne fonctionne pas avec lui c’est juste que ce n’est pas le bon. Et, après un temps pour digérer la fin, je me remets en selle et je rencontre de nouvelles personnes.

Mais ça devient de plus en plus difficile à chaque fois, ça m’affecte de plus en plus que ça ne fonctionne pas. C’est sans doute lié à l’âge et au fait qu’autour de moi mes amis construisent leurs vies de famille. Même celles qui se séparent rencontrent facilement l’amour après.

Je dois avouer que je suis perdue, je ne sais plus où j’en suis et j’essaye d’être forte et d’apprendre de ces échecs mais j’ai peur que toutes ces tentatives ne me fassent plus de mal que de bien. Je commence à vraiment penser que je ne suis pas le genre de femmes qu’on a envie d'épouser mais plutôt celle avec qui ont passé de bons moments mais sans plus.

Que devrais-je faire? Attendre sans provoquer les rencontres? Moins y croire quand quelqu'un me plaît?

Je suis dans l’impasse, je vais bientôt avoir 34 ans et j’ai peur…

Assma

Chère Assma,

Vous essayez de rester philosophe et c’est tout à votre honneur mais vous avez tout à fait le droit d’être frustrée par ces échecs à répétition. Personne ne vous oblige à prendre avec le sourire une situation que vous vivez comme une injustice. Vous n’êtes pas une machine. C’est-à-dire que vous pouvez vous mettre en colère et estimer que, parfois, plus que la faute à pas de chance, c’est aussi la faute de l’autre.

Vous cherchez à tout prix à avoir la bonne réaction, à devenir une meilleure personne, à apprendre de ces échecs. Mais ce n’est pas sain pour vous de vous oublier dans cette tâche. Criez, pleurez, faites des scandales. Vous y avez cru et on vous oppose un nouveau refus? Ne vous laissez pas faire. Ne gardez pas en vous le ressentiment et la colère. Vous avez essayé d’être sage et ça n’a pas marché, essayez autre chose. Imposez vos conditions, devenez une guerrière.

Sans être celle qu’on a pas envie d’épouser, vous êtes peut-être celle qu’il est si facile de quitter. Parce que vous avez décidé d’adopter une attitude posée et calme, mesurée et réfléchie et que, quoi qu’il arrive, vous ne ferez pas de vagues. Mais faites des vagues, Assma, si vous en avez besoin.

Mon conseil n’est pas de vous transformer en garce. Mais de transformer un comportement que vous avez eu par intelligence et qui vous pèse aujourd’hui au quotidien, en quelque chose de différent qui pourrait libérer un peu de pression.

Rien ne vous oblige à être plus intelligente que l’autre ou qu’une situation absurde. Et je sais bien comme, sur le marché de la drague, l’injustice et l’absurdité peuvent régner en maîtres.

Faites entendre votre voix. Continuez à rencontrer des gens comme vous le faites déjà, mais ne vous effacez pas derrière une volonté de ne pas déranger. C’est tout à votre honneur de jouer à l’adulte dans un contexte où, focalisé sur ses besoins, son désir, ses envies, personne ne l’est. Écoutez vos envies, vos désirs, vos besoins avant tout. Exprimez vos doutes, votre frustration, votre colère quand ces sentiments sont présents. Peut-être que vous avez trouvé jusqu’à alors que c’était faire beaucoup trop de bruit pour rien. Mais ce bruit, c’est aussi ce qui vous définit en tant que personne unique et c’est de cette manière que vous aurez plus de chance de rencontrer quelqu’un qui se soucie réellement de votre bien-être.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (169 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte