Monde

L'Islande en a marre des touristes irrespectueux

Temps de lecture : 2 min

Les visiteurs n'ont que faire des bonnes manières sur les terres sauvages de l'île volcanique.

/
Montagne islandaise. | adriankirby via Pixabay CC License by

Début juillet, en Islande, deux touristes sont morts par accident, le premier en tombant d'une falaise à Hljóðaklettar et la seconde en descendant la pente de la montagne Kirkjufell en hors-piste. Ces deux drames, raconte le site Citylab, montrent que «trop de touristes viennent en Islande sans être pleinement préparés pour son terrain et sa météo extrême». En effet, peu de monde réalise le danger des vagues islandaises ou celui de l'eau des geysers dont la température est à 80°C. Mais il y a pire.

Ce qui choque les Islandais, c'est la façon qu'ont certains touristes de traiter l'île comme «un parc à thème feu et glace où des elfes s'occupent du bordel qu'ils mettent». Toutes les semaines, la presse relaie des histoires invraisemblables d'incivilités. Des touristes utilisent les toilettes publiques comme casier pour leurs affaires et ferment le tout avec un cadenas. D'autres font leurs besoins devant des maisons ou près de parcs publics.

Et ce n'est pas tout. «Etant un pays cher, l'Islande peut représenter un coût quand on veut y camper, poussant les gens à planter des tentes dans des paysages vulnérables, ou aller de porte en porte pour demander à être loger gratuitement. Même la salle de concert principale de Reykjavik […] a dû interdire aux visiteurs de faire la sieste ou de faire des sandwichs à l'intérieur après que de plus en plus de touristes ont commencé à faire comme s'il s'agissait d'un dortoir.» Le plus incroyable est survenu le mois dernier quand un touriste a décidé de «graver» en grosses lettres la blague «SEND NUDES» («ENVOYEZ DES NUES») sur une colline. Trace qui mettra 70 ans à disparaître.

L'Islande, longtemps peu explorée par les étrangers, a connu une croissance touristique spectaculaire ces dernières années, et pas seulement grâce à Game of Thrones. «Etant donné qu'il est très facile d'atteindre ce pays aujourd'hui, il est facile d'oublier à quel point il s'agissait d'un endroit peu exploré», écrit Citylab. Pour préserver cette nature, il faudra faire preuve de pédagogie auprès des touristes qui, de leur côté, devront apprendre à ne pas voir le pays comme une litière géante.

Slate.fr

Newsletters

Macron à Washington: Make Flatterie Great Again

Macron à Washington: Make Flatterie Great Again

La stratégie du président français à l’égard de Trump n’a pas donné le moindre résultat. Les choses pourraient-elles changer?

Des jardins extraordinairement petits

Des jardins extraordinairement petits

L'Autriche compte 26.000 jardins ouvriers en périphérie des grandes villes. «Comme l'espace est limité, raconte Klaus Pichler, tout doit être bien organisé et, par conséquent, les jardins sont traités comme des salons en plein air.» Le photographe...

La Maskirovka, ou l'art de la roublardise militaire à la russe

La Maskirovka, ou l'art de la roublardise militaire à la russe

Sur le dossier syrien, Vladimir Poutine n’est pas imprévisible, il est… russe.

Newsletters