Monde

Macron, le plus à gauche du G20 (sur la photo)

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 08.07.2017 à 9 h 45

Repéré sur Associated Press

La «photo de famille» du sommet est régie par une règle protocolaire assez précise.

Une photo de famille du G20 (Bundesregierung/Steins).

Une photo de famille du G20 (Bundesregierung/Steins).

Mais que font donc Emmanuel Macron et Donald Trump, présidents de deux des cinq pays membres permanents du conseil de sécurité de l'Onu, dans les marges de la photo de famille du G20 de Hambourg? L'explication nous est apportée par l'Associated Press, qui détaille la chorégraphie très précise de ce genre de clichés.

La place d'honneur est évidemment occupée par l'hôte du sommet, en l'occurrence la chancelière allemande Angela Merkel. Cette dernière est encadrée par l'organisateur du précédent et du prochain G20, soit le président chinois Xi Jinping et son homologue argentin Mauricio Macri. On continue ensuite de remonter l'ordre chronologique dans les deux sens avec le Sud-Africain Jacob Zuma, élu en 2009, le Russe Vladimir Poutine et le Mexicain Enrique Peña Nieto, élus en 2012, le Turc Recep Tayyip Erdoğan et l'Indonésien Joko Widodo, élus en 2014, le Brésilien Michel Temer, élu en 2016, et enfin Donald Trump, le président sud-coréen Moon Jae-in et Emmanuel Macron, respectivement entrés en fonction le 20 janvier, le 10 mai et le 14 mai cette année.

À l'exception d'Angela Merkel, uniquement des présidents, donc. Les chefs de gouvernement sont ici rélégués au second rang, quand bien même ils dirigent une puissance de 1,3 milliard d'habitants (l'Indien Narendra Modi) ou un pays lui aussi membre permanent du Conseil de sécurité (la Britannique Theresa May). Sur ce rang se retrouvent aussi les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, l'Union européenne étant le vingtième membre du G20, le seul qui ne correspond pas à un pays.

Aux deuxième et troisième rangs s'installent aussi les représentants des pays et organisations invités: cette année la Norvège, les Pays-Bas, l'Espagne, le Vietnam, Singapour, l'Union africaine, le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique et la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (Apec). Petite subtilité diplomatique, on ne trouve qu'au troisième rang Ibrahim Abdulaziz Al-Assaf, représentant d'un pays membre, l'Arabie saoudite, mais qui n'a pas rang de chef d'État ou de gouvernement... Enfin, on trouve aux troisième et quatrième rangs les dirigeants d'institutions internationales: l'ONU, l'OCDE, l'OMC, l'OMS, le FMI (la Française Christine Lagarde), l'OIT, la Banque mondiale et le Conseil de stabilité financière.

Ces règles précises permettent de démentir les rumeurs qui circulent vite au sujet de ces photos: l'an dernier, ainsi, la presse britannique avait dû expliquer que la position à la marge de Theresa May n'avait rien à voir avec le Brexit, mais plutôt avec sa faible ancienneté –elle n'était alors en poste que depuis deux mois. Lors de ce même G20 de Hangzhou, la règle de l'ancienneté avait fourni une photo symbolique, puisque Barack Obama, en poste depuis près de huit ans, s'était retrouvé au centre aux côtés d'Angela Merkel. Et une petite entorse à la coutume avait elle aussi pris valeur de symbole puisque Narendra Modi, pourtant pas un chef d'État, s'était vu convié au premier rang d'un sommet organisé par une autre grande puissance émergente, la Chine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte