Culture

A 70 ans, Coppola fait des films comme un étudiant

Temps de lecture : 2 min

Après la Roumanie pour «L’Homme sans âge», voici l’Argentine pour «Tetro». Pourquoi? Pas seulement pour la beauté de ses paysages, mais aussi parce qu’à 70 ans, Francis Ford Coppola est un jeune réalisateur qui n’a plus les mêmes moyens financiers qu’avant, comme l'explique Le  Monde.«J'ai eu, très jeune, la carrière d'un homme d'âge mûr. Aujourd'hui, je fais des films comme un étudiant» affirme le réalisateur d’Apocalypse Now. Coppola, apprend-t-on dans l’article,  finance ses films récents grâce à son business dans le vin et dans l’hôtellerie. Le quotidien rapporte alors les propos du réalisateur expliquant comment s’opère le choix de ses lieux de tournage:

«Il faut tourner dans des pays qui présentent de bons taux de change et possèdent un savoir-faire en cinéma. Ainsi, vous faites fabriquer les décors et les costumes sur place, et vous travaillez avec des équipes locales, ce qui permet des économies de transport et d'hébergement considérables. Il faut aussi que le pays vous donne envie d'y habiter pendant un an, qu'il ait un héritage culturel fort, qu'il vous fasse rêver. »

L’article revient aussi sur ses nouvelles méthodes de travail et sur sa vision du cinéma de demain. Lorsque le septième art est né «voir une locomotive avancer dans une pièce, c'était fou! Aujourd'hui, ça ne l'est plus. Ce qui est excitant, c'est de voir Mick Jagger. Ou d'aller voir le Napoléon, d'Abel Gance, sur trois écrans avec un orchestre dans la salle.» Abel Gance comme avenir du cinéma, fallait y penser!

(Lire l'article complet sur Le Monde)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une : fikirbaz (Creative Commons)

Slate.fr

Newsletters

Les notes et les top 10 sont le pandémonium de la critique esthétique

Les notes et les top 10 sont le pandémonium de la critique esthétique

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une oeuvre à l'autre?

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

Grâce aux ressources de la fiction, le nouveau film d'André Téchiné fait du combat d'une femme pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie une vertigineuse aventure intérieure.

Mode hybride, la grande (re)création

Mode hybride, la grande (re)création

Une tendance lourde de la mode reprend à son compte la citation de Lavoisier: «Rien ne se perd, rien ne se crée: tout se transforme.»

Newsletters