Tech & internet

Pourquoi vous aurez bientôt une puce dans le cerveau (et vous aimerez ça)

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 07.07.2017 à 11 h 05

Repéré sur Wired

Quelques entrepreneurs aventureux cherchent déjà des moyens d’augmenter les capacités neuronales de tout être humain.

Artificial Neural Network delirium / Google Research

Artificial Neural Network delirium / Google Research

C’est la nouvelle obsession des transhumanistes et des prophètes des nouvelles technologies: nous convaincre que notre cerveau est largement sous-employé et que l’humanité est restée dans la préhistoire tant qu’elle ne s’est pas équipée d’un appareillage d’amélioration et de stimulation de ses capacités cérébrales.

Alors que les interfaces ordinateur-cerveau intéressent de plus en plus la science et l’industrie high tech, Bryan Johnson, un entrepreneur de 39 ans, a fondé une entreprise dont le but est de reprogrammer les réseaux neuronaux de patients atteints de maladie de Parkinson ou d’Alzheimer en implantant une puce électronique dans leur cerveau. Mais son objectif, comme il l’explique dans une interview au magazine Wired, va au-delà de la restauration des cerveaux endommagés: il plaide pour l’augmentation des capacités neuronales de tout être humain.

«Si vous essayez d’imaginer un monde futur dans lequel nous serons heureux dans 30, 40 ou 50 ans, il n’en existe pas de version dans laquelle nous ne sommes pas capables de lire et d’écrire notre code neuronal», affirme l’entrepreneur. «La prochaine frontière est dans nos cerveaux» au sein duquel «des milliers de millions d’Everest sont à découvrir si nous les débloquons».

La thèse défendue par l'évangéliste du cerveau augmenté est que poser une puce électronique dans notre tête n’est qu’une étape de plus dans ce mouvement universel qui vise l’amélioration des conditions de vie. Après tout, le recours à des cours de soutien scolaire est déjà une forme d’amélioration, plaide-t-il. «L’humanité n’est-elle pas un effort constant pour se changer soi-même, à travers des pratiques comme la méditation? Ne sommes-nous pas intrinsèquement insatisfaits de nous-mêmes?»

Voici pour l'argumentaire: quant à la question de la faisabilité, l'entrepreneur estime que nous pourrions faire des découvertes capitales sur le fonctionnement du cerveau d'ici dix ans. Il avoue néanmoins ne pas savoir si son entreprise réussira son pari.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte