Égalités / Monde

Au Salvador, trente ans de prison pour une fille violée qui a fait une fausse couche

Temps de lecture : 2 min

La jeune femme est accusée d'homicide, dans un pays où les lois anti-avortement sont appliquées de telle manière que plusieurs femmes ont déjà fait de la prison pour fausse couche.

Une manifestation contre la criminalisation de l'avortement le 23 février 2017 à San Salvador. MARVIN RECINOS/AFP
Une manifestation contre la criminalisation de l'avortement le 23 février 2017 à San Salvador. MARVIN RECINOS/AFP

En 2016, plusieurs mois après avoir été violée par un membre de gang, Evelyn Beatriz Hernandez Cruz, alors âgée de 18 ans, a fait une fausse couche chez elle dans une région rurale du Salvador. Après avoir ressenti de fortes douleurs au ventre, elle est allée aux toilettes et a perdu son futur enfant à 32 semaines de grossesse.

Sa mère l'a amenée à l'hôpital pour hémorragie vaginale et c'est alors que les autorités ont commencé une enquête qui a mené à son arrestation. La jeune fille a passé une semaine menottée à l'hôpital. Hernandez a tout d'abord été accusée d'avoir provoqué un avortement, puis l'accusation a été requalifiée en homicide. Le 5 juillet, elle a été condamnée à trente ans de prison.

Selon son avocat, qui va faire appel, «le verdict du juge ne reflète pas les preuves presentées au tribunal. Il s'agit d'une décision fondée sur la morale, pas sur le droit ou la justice».

Climat de suspicion

Le Salvador a une loi anti-avortement extrêmement répressive, qui a été votée en 1997 suite à une campagne de groupes anti-IVG liés à l'Église catholique. L'avortement est interdit et criminalisé en toutes circonstances: même en cas de viol, de risque pour la santé de la femme ou encore lorsque le foetus ne pourrait pas survivre.

Selon Amnesty International, la loi actuelle «crée une atmosphère de suspicion à l'encontre des femmes qui font des fausses couches ou ont des urgences obstétriques».

Selon certaines estimations, entre 1998 et 2013, environ six cent femmes ont été emprisonnées après avoir été accusées d'avoir avorté. En février dernier, les tribunaux ont accordé leur pardon à Sonia Tabora, qui avait fait douze ans de prison pour une fausse couche qualifiée d'homicide.

En mars, un assouplissement de la loi anti-avortement a été introduit mais le texte n'a toujours pas été voté.

Newsletters

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio