Culture

Le fondateur du Cercle des poètes est mort

Temps de lecture : 2 min

Le créateur de l'émission du Club des Poètes, diffusée à la radio et à la télévision jusqu'à la fin des années 60, s'est éteint à l'âge de 83 ans, samedi 19 décembre à Paris. Jean-Pierre Rosnay, proche de Cocteau et de Queneau, poète d'un autre temps, avait publié son premier recueil de poésie en 1950. Il organisait des rencontres entre poètes depuis son cabaret. Il voulait rendre la poésie «contagieuse et inévitable». C'est ainsi qu'il a également rencontré Aragon et Neruda.

«Ils sont nombreux, les poètes en devenir, à s’être côtoyés depuis 1961 dans ces soirées chaleureuses où la poésie s’extrayait des pages pour être partagée vivante. Où chacun pouvait dire ses poèmes et ceux des autres», raconte le blog MicroCassandre. C'était une époque «qui semble aujourd’hui incroyable, où la poésie avait droit de cité sur les grands médias.»

Au sortir de la Deuxième guerre mondiale, pendant laquelle il aété résistant, il avait fondé le mouvement des Jarivistes (JAR est un acronyme signifiant les Jeunes Auteurs Réunis), qui rappelait les scandales poétiques des surréalistes (enlèvement de Julien Gracq, enterrement de l'existentialisme), dans la lignée des surréalistes. Brassens, Bedos ou Moustaki en furent membres.

Sa poésie est «intimiste, humaniste et sensible» analyse le site Actualitté. «Jean-Pierre Rosnay voulait démocratiser la poésie et ses vers parlaient donc naturellement de la mort, de l'amour et de la vie, les thèmes centraux de son oeuvre. Il est l'auteur du Treizième apôtre chaleureusement accueilli à sa sortie par Queneau, entre autres.»

[Lire l'article complet sur Actualitté]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

«Nevermind» ne s'est pas fait sans quelques trahisons à l'esprit et aux préceptes punk si chers aux trois musiciens.

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

Cary Fukunaga fait notamment référence à une scène d'«Opération Tonnerre», sorti en 1965.

MC Solaar est à la fois prose et combat

MC Solaar est à la fois prose et combat

Depuis des années, il incarne un rap doux et intelligible qui prône la concorde. Mais en grattant la surface, on découvre un artiste bien plus multiple et frontal qu'il n'y paraît. Rencontre avec un homme perché et peu enclin à la nostalgie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio