Culture

Roald Dahl, l'espion qui aimait les femmes

Elise Costa, mis à jour le 06.07.2017 à 16 h 43

L'écrivain a eu une autre vie avant Willy Wonka. Durant la Seconde Guerre mondiale, l’auteur de «Fantastique Maître Renard» travailla pour les services de renseignements britanniques. Mais que faisait-il exactement?

Roald Dahl | Carl Van Vechten via Wikimedia CC License by

Roald Dahl | Carl Van Vechten via Wikimedia CC License by

Slate.fr vous propose une série d'histoires mystérieuses autour de grands écrivains. Pour retrouver les récits précédents, cliquez ici.

Pays de Galles, 1916. Lorsqu’Harald et Sofie Magdalene Dahl mettent au monde leur seul et unique garçon, ils décident de l’appeler Roald, en hommage à l’explorateur norvégien Roald Amundsen. Ce spécialiste des régions polaires, très populaire dans leur pays d’origine, disparaîtra en 1928 à bord de son hydravion. Son corps ne sera jamais retrouvé, mais nombreux sont ceux qui pensent que son engin s’est écrasé sur l’île aux Ours.

19 septembre 1940. Roald Dahl, qui vient à peine de fêter ses 24 ans, se retrouve dans le ciel libyen à bord de son Gloster Gladiator. Il est alors pilote de chasse pour la Royal Air Force. Il doit rejoindre son escadrille, mais il a perdu trop de temps à tourner au-dessus du désert, et maintenant la jauge de carburant est dans le rouge. La nuit tombe. Il doit atterrir coûte que coûte dans un endroit sûr pour y passer la nuit et le lendemain, on viendra le chercher. Mais le Gloster Gladiator est un avion qui ne date pas de la dernière heure, et le désert est loin de ressembler à une piste d’atterrissage. Il s’écrase contre un rocher et l’appareil prend feu. Roald Dahl ne meurt pas. Il s’en sort avec une fracture crânienne, des brûlures et une cécité temporaire.

Cet accident l’oblige cependant à rester plusieurs mois à l’hôpital. Il n’est plus question d’aller au front. Mais quelqu’un, quelque part, sent que le jeune homme a d’autres cartes dans sa manche. Et, comme ça, Roald se retrouve dans le service de renseignements extérieurs britannique (le fameux MI6).

Un séducteur hors pair

 

En 2010, la famille de Roald Dahl –et plus particulièrement sa fille Ophelia– demande à Donald Sturrock d’écrire sa biographie. Elle lui ouvre les coffres et les bureaux de son père remplis de photos, de livres et de lettres. Sturrock était un ami de Dahl jusqu’à sa mort, en 1990. Cet accès privilégié aux vestiges et reliquats de l’écrivain lui permet ainsi de découvrir deux ou trois secrets bien conservés.

Alors qu’il travaille sous l’autorité de l’espion préféré de Winston Churchill, William Stephenson, Roald Dahl est envoyé à Washington, DC. Officiellement, il est chargé de relations publiques à l’ambassade du Royaume-Uni en tant que représentant de la Royal Air Force. Sa mission? Convaincre les États-Unis d’apporter leur soutien et de s’engager dans la guerre. Aux côtés d’un autre écrivain en devenir, Ian Fleming (auteur des romans d’espionnage de James Bond), Roald Dahl milite contre le mouvement «America First». En réalité, l’homme doit surtout recueillir confidences et informations top secrètes.

Quel meilleur moyen alors que celui d’investir l’intimité des riches et puissants de ce monde? Envoyé par la suite à New-York, Dahl côtoie le président des États-Unis (Roosevelt) en vacances et les femmes de la haute société américaine jusque dans leur lit. L’actrice Ginger Rogers, la journaliste Martha Gellhorn (alors mariée à Ernest Hemingway… «Je pense qu’il a couché, de la côté est à la côte ouest, avec quiconque gagnait plus de 50.000 dollars par an», confiera sa vieille amie Antoinette Haskell à Donald Sturrock. Puis rapporte tout par écrit à ses supérieurs. Sa tenue de pilote, son allure et sa langue acerbe font de lui un séducteur hors-pair.

Un talent pour les histoires

 

À cette période, l’auteur C.S. Forester, embauché pour écrire des textes de propagande pro-britannique, vient le voir. Il a entendu parler de son aventure dans le désert de Libye et souhaiterait avoir des notes pour raconter l’histoire des pilotes de la Royal Air Force dans le journal The Saturday Evening Post. Quand il reçoit la lettre de Roald Dahl, C.S. Forester est épaté au point de lui proposer de publier lui-même son histoire et de toucher l’argent.

L’année suivante, Roald Dahl écrira son premier livre pour enfants, Les Gremlins. L’histoire publiée chez Walt Disney raconte la légende des créatures facétieuses cherchant à saboter les avions de la Royal Air Force. Il se mariera ensuite avec l’actrice Patricia Neal, avec qui il aura cinq enfants.

Si sa vie familiale et personnelle ne sera pas toujours flamboyante (après avoir perdu son père et sa sœur enfant, il perdra aussi une fille, verra son fils entre la vie et la mort après qu’un taxi new-yorkais ait renversé sa poussette, puis s’occupera de sa femme frappée d’un anévrisme), Roald Dahl aura toutefois eu une existence digne d’un roman. Ce qui explique qu’il est l’un des auteurs jeunesse les plus acclamés du XXe siecle. Car comme il l’écrira peu de temps avant sa mort: «Ces livres [lui] donnaient un message réconfortant et plein d’espoir: Tu n’es pas seule» (Matilda, 1988). 

Elise Costa
Elise Costa (96 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte