Monde

La radio publique américaine incendiée par les partisans de Trump pour avoir tweeté… la Déclaration d'indépendance

Temps de lecture : 2 min

À l'occasion de la fête nationale le 4 juillet, le réseau NPR a tweeté dans son intégralité l'un des textes fondateurs des États-Unis. De nombreux défenseurs du 45e président américain n'ont pas compris la référence.

Fac-similé de la Déclaration d'indépendance américaine avec les portraits des signataires. | Kurz & Allison [Public domain], via Wikimedia Commons License by

Il y a vingt-neuf ans, la matinale «Morning Edition» diffusait pour la permière fois la Déclaration d'indépendance des États-Unis sur les ondes. C'est, depuis, devenu un rituel: tous les ans, le jour de la fête nationale, un invité, journaliste, présentateur ou chroniqueur lit à l'antenne ce texte fondateur du pays.

Pour célébrer l'«Independence Day» cette année, le principal réseau public de radio américain s'est mis au goût du jour. NPR, la National Public Radio, a tweeté le 4 juillet la Déclaration d'indépendance dans son intégralité. Mais ses quelque huit mille caractères ont été répartis en une centaine de tweets qui, bien que postés les uns à la suite des autres, ont confondu de nombreux utilisateurs du réseau social.

Il faut croire que les fervents défenseurs de Donald Trump ne connaissent pas ce texte, rédigé en grande partie par Thomas Jefferson, et par lequel les colonies britanniques d'Amérique du Nord ont fait sécession de la Grande-Bretagne le 4 juillet 1776, pour donner naissance aux États-Unis d'Amérique.

241 ans et 42 présidents plus tard, de nombreux partisans de Trump y ont vu un appel à la révolution populaire contre le 45e dirigeant américain. Certains ont demandé à NPR d'arrêter ces posts, quand d'autres ont cru que le compte du réseau public s'était fait hacker.

Une fois la lumière faite sur la nature de ces étranges messages tombés en rafale, de nombreux commentaires ont été supprimés. Mais les internautes qui avaient immédiatement compris qu'il s'agissait de la Déclaration d'indépendance en petits morceaux n'ont pas hésité à prendre des captures d'écran des réactions les plus excessives, dont voici un florilège:

Slate.fr

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters