Monde

En Oklahoma, la grave crise de l'éducation publique fait fuir les meilleurs enseignants

Repéré par Rodrigue Arnaud Tagnan, mis à jour le 05.07.2017 à 15 h 36

Repéré sur NPR

Parce qu'il n'arrive plus à supporter les charges de sa famille, Shawn Sheehan a été attiré par une meilleure offre au Texas voisin.

Salle de classe vide en Oklahoma. Illustration. 22 juin 2010. KT King

Salle de classe vide en Oklahoma. Illustration. 22 juin 2010. KT King

Shawn Sheehan était jusqu'ici professeur de mathématiques dans un lycée de Norman en Oklahoma. Alors qu'il avait été désigné «meilleur enseignant» de l'État en 2016, il s'est finalement résolu, selon la Radio nationale NPC, à déménager au Texas voisin pour pouvoir vivre plus convenablement.

Sur son blog, l'enseignant a expliqué avoir fait ce choix par contrainte: 

«Cette décision n'a pas été facile. J'ai pensé à d'autres emplois, j'ai essayé de trouver un travail supplémantaire. Mon épouse et moi-même avons travaillé dur pour rembourser nos dettes. Mais il faut se rendre à l'évidence. La réalité est qu'on peut faire le même travail pour un meilleur salaire, un salaire respectable. Tout simplement en changeant d'État parce que nous aimons ce travail.»

En Oklahoma, Sheehan et sa femme, elle aussi enseignante d'école publique, gagnent moins de 3.200 euros par mois. Assez pour vivre jusqu'à ce que leur fille vienne au monde à la fin de l'année 2016 et ne complique les choses.

«Après avoir payé toutes les factures, il ne nous reste plus qu'environ 450 dollars. Bien sûr, à deux, on pouvait essayer de tenir avec cette somme. Mais avec un enfant, c'est impossible.  Je défie quicinque de le faire», a-t-il martelé à tous ceux qui critiquent sa décision.

L'Oklahama, terrain fertile du recrutement des enseignants pour les autres États

Le Sénateur démocrate John Sparks estime au Washington Post que cette situation est le résultat d'une mavaise politique publique et d'un manque d'investissement dans le secteur, entraînant la non-titularisation de nombreux enseignants qui préfèrent donc aller voir ailleurs.

La crise a atteint un seuil critique si bien que le ministère de l'Éducation a dû émettre d'urgence des certifications d'enseignement pour espérer remplacer les postes vacants. L'austérité budgétaire a aussi entraîné des réductions (voire des suppressions) dans le volume horaire de certains enseignements tels que l'art ou l'enseignement des langues étrangères. De sorte que dans plusieurs districts, les élèves n'ont cours que quatre jours dans la semaine.

Shawn Sheehan espère que son geste contribuera à une prise de conscience des autorités publiques sur la gravité de la situation. Le Sénateur John Sparks regrette, lui, l'absence d'un véritable contre-pouvoir à même de contraindre les autorités locales à investir davantage dans le secteur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte