Tech & internetMonde

En Australie, les voitures autonomes de Volvo n’arrivent pas à reconnaître les kangourous

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 04.07.2017 à 12 h 53

Repéré sur The Guardian, The Verge, ABC

Attention aux chocs!

Kangaroo Crossing Road Sign | Public Domain Photography via Flickr CC License by

Kangaroo Crossing Road Sign | Public Domain Photography via Flickr CC License by

Volvo a un problème de kangourous. La marque suédoise, qui s'est, elle aussi, lancée dans la course aux voitures autonomes a récemment reconnu que ses véhicules avaient du mal à reconnaître les kangourous, rapporte le site australien ABC. Pourtant, explique le Guardian, son système de détection des gros animaux parvient à identifier les cerfs, les élans, les caribous... Mais depuis le début des tests en Australie, ce système ne parvient pas à s'adapter aux déplacements des kangourous.

Les voitures utilisent le sol comme point de référence. Alors, forcément, les sauts des kangourous les désorientent quelque peu.

«Nous avons découvert que lorsque les kangourous sont en train de sauter... quand ils sont dans l'air, on dirait qu'ils sont plus loin qu'ils ne sont réellement et quand ils atterrissent, ils sont plus près», explique le directeur technique de Volvo Australie, David Pickett.

Et les kangourous sont un gros problème pour les conducteurs. The Verge note ainsi qu'une étude réalisée par un assureur en 2016 démontre qu'«ils causent plus d'accidents que n'importe quel animal en Australie» –presque 16.000 par an. Neuf fois sur dix les collisions avec un animal ont lieu avec un kangourou, même si la plupart ne sont pas sérieuses.

Une technologie en phase de développement

 

Volvo ne semble pas inquiet outre-mesure. Interrogé par le Guardian, le directeur général du constructeur en Australie explique que «les voitures autonomes sont en phase de développement continu. La voiture autonome n'existe pas encore, et développer une technologie qui est capable de reconnaître des kangourous fait partie de ce développement. [...] Tout ce processus doit prendre autant de variations de conditions que possible. C'est un peu interminable. On ne parle d'ailleurs pas de détection de kangourous, mais de détection de petits animaux.» 

L'entreprise espère pouvoir lancer ses premiers modèles de voitures autonomes en 2020. D'ici-là, espérons que tous les problèmes seront réglés. The Verge liste ainsi quelques problèmes auxquels font face Google et Uber actuellement et que les deux entreprises vont devoir résoudre ces prochains mois avant de lancer leurs premiers modèles sur le marché.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte