Égalités / Monde

À la Maison-Blanche, les femmes sont payées 20% de moins que les hommes

Temps de lecture : 2 min

Un écart plus important que celui constaté en moyenne aux États-Unis en général ou sous la précédente administration.

White House | Tom Lohdan via Flickr CC License by
White House | Tom Lohdan via Flickr CC License by

Travailler à la Maison-Blanche n'est visiblement pas une partie de plaisir depuis quelques semaines. Et si vous êtes une femme, vous le faites pour encore moins d'argent que les hommes. CNN explique ainsi que les femmes travaillant à la Maison-Blanche gagnent 80 centimes pour chaque dollar versé à leurs collègues masculins. Cette différence est encore plus forte que celle relevée au niveau national par le Département du Travail qui a constaté que les femmes sont, en moyenne, payées 18 centimes de moins sur chaque dollar.

«Le salaire moyen chez les hommes travaillant à la Maison-Blanche est de près de 104.000 dollars annuel, selon une analyse publiée vendredi. Pour les femmes, il est de 83.000 dollars, soit 21.000 dollars de moins, en moyenne. Cette disparité est principalement due au fait que les femmes occupent des postes moins élevés dans la hiérarchie. La moitié des hommes travaillant à la Maison-Blanche gagnent 95.000 dollars ou plus, contre 70.100 pour les femmes. Le salaire le plus élevé pour les employés permanents à la Maison-Blanche est de 179.700 dollars. Sur les 22 employés qui touchent un tel salaire annuel, seuls six sont des femmes.»

Une question devenue secondaire?

Sous la présidence Obama, rappelle Newsweek, cette différence de salaire n'était pas nulle, mais elle était plus faible. En 2014, le Washington Post rapportait qu'au niveau des salaires médians, les femmes gagnaient 87 centimes à chaque fois que les hommes gagnaient un dollar, soit 10,5 centimes de plus que la moyenne nationale.

«Cette information arrive alors que l'administration Trump envisage de démanteler le Conseil de la Maison-Blanche d'Obama sur les Femmes et les Filles, qui s'occupe de surveiller la mise en œuvre des changements de politique et de coopération avec les groupes de défense de droits des femmes. Tina Tchen, qui dirigeait ce groupe de conseil sous Obama, a indiqué à Politico que ce bureau aidait à envoyer le signal que l'administration en place s'intéressait aux inégalités de genre. “Cela montre que les questions liées aux femmes et aux filles font partie de vos priorités.”»

Newsletters

Le rôle trouble de l’extrême droite dans les manifestations antiracistes

Le rôle trouble de l’extrême droite dans les manifestations antiracistes

Des militants pour une nouvelle guerre civile voient dans les émeutes une manière de déclencher une guerre raciale.

«Quand les pillages commencent, les coups de feu aussi»: historique raciste du tweet de Trump

«Quand les pillages commencent, les coups de feu aussi»: historique raciste du tweet de Trump

Le président américain a provoqué la fureur de l'opposition en appelant l'armée à tirer sur les manifestant·es de Minneapolis.

La polémique Camélia Jordana ou l'inversion de la culpabilité

La polémique Camélia Jordana ou l'inversion de la culpabilité

Elle a pointé un problème que la société française se coltine depuis bien longtemps, et que certaines personnes, au lieu d'essayer d'y remédier, proposent d'aggraver.

Newsletters