Culture

Éloge du DVD aux temps des films en ligne

Jean-Michel Frodon, mis à jour le 06.07.2017 à 16 h 40

Pourquoi, alors que de nouvelles pratiques dominantes de consommation des films cherchent à s'imposer, le DVD offre une précieuse relation avec le cinéma. Et quelques conseils de nouveautés pour accompagner l'été.

L’affaire est entendue. Le DVD, qui fut la grande nouveauté en terme d’accès aux films au tournant du siècle, rebattant les cartes distribuées par la VHS comme alternative à la salle et à la télévision, n’est plus et ne sera plus un outil dominant de diffusion du cinéma. Est-ce à dire qu’il est obsolète? C’est loin d’être sûr.

S’il n’est plus le support par excellence de circulation des blockbusters, il conserve, sur le plan de la qualité ce qu’il a perdu sur le plan de la quantité. On parle ici de la qualité du rapport au cinéma, pas nécessairement, hélas, de la qualité technique des images et des sons, laquelle reste très inégale – on ne s’attarde pas ici non plus sur les différences, parfois significatives, entre DVD et Blu-ray, et bien sûr entre différentes éditions du même film.

Un autre rapport aux films

La question principale est, en effet, celle du rapport au film –et dans de nombreux cas, de l’accès au film. La logique du DVD est aujourd’hui, sans coût particulièrement élevé, une logique de la distinction, mot à entendre de manière positive.

La distinction, on a autrefois appelé ça la liberté, consiste à échapper aux logiques écrasantes, réductrices et addictives du marché, telle qu’elles s’exercent avec une violence et une efficacité encore jamais connues, sur les trois supports dominants, la salle, les télévisions et les services VOD.

Les ravages de l'hypermarché Netflix

Avec la domination arrogante de Netflix, la SVOD affiche les apparences de la diversité, exactement du même type que l’offre d’un hypermarché. Et c’est en fait à un écrasement des goûts et des curiosités sans précédent qu’on assite.

Hormis quelques services de niche, les télévisions, en perte de vitesse, sont pour l’essentiel à la remorque du box-office, avec une dimension familialiste accrue.

À LIRE AUSSI

Le cinéma selon Netflix

Quant aux salles, si, en France tout au moins, elles maintiennent une considérable diversité de l’offre, la force d’occupation des blockbusters est telle, et souvent le manque d’engagement des exploitants, que l’immense majorité des films ne sont visibles que dans quelques salles, à quelques séances, durant quelques jours. L'écart ne cesse de se creuser entre l'offre théorique (ce qui sort effectivement au cinéma) et l'offre réelle, ce qu'il est possible de voir à un instant donné.

En salles, l'offre théorique et l'offre réelle

Un grand nombre de films «sortis» sont encore plus vite «rentrés», sans avoir pu être regardés par de nombreux spectateurs qui les auraient aimés, et ont désormais souvent à peine la possibilité de savoir qu’ils existent.

Staitistiquement massif, le phénomène est encore plus écrasant si on considère la qualité des films. Cette marginalisation frappe l’immense majorité des réalisations où vit l’art du cinéma actuel, où s’inventent de nouveaux regards, de nouveaux langages, de nouvelles représentations du monde, y compris de nombreuses parties du monde que la machine globalisante tend à laisser dans l’ombre.

La mise à disposition grâce au DVD de ces films récents mais trop vite disparus de nos grands écrans, qui ne passeront jamais sur les grandes chaines généralistes et que pratiquement personne n’ira chercher sur les palteformes VOD, à supposer qu’ils s’y trouvent, ont tout à gagner à cette offre alternative que proposent les éditeurs DVD.

Lignes éditoriales

Il s’agit en effet d’éditeurs, c’est-à-dire, au-delà du sens technique du terme, de personnes  et de société chez qui il est possible de repérer des choix, une «ligne éditoriale». Même si des films importants se trouvent aussi sur des labels plus généralistes, où la production de DVD relève plus d’un automatisme que d’un choix.

Potemkine, Arte, Carlotta, Blaq Out, Montparnasse, Dissidenz, Epicentre, Wild Side, et Lobster spécialisé dans le patrimoine, sont les enseignes les plus reconnues de cette noble activité, aux côtés de la plupart des distributeurs.

Grâce à eux, il est possible d’avoir un accès, parfois enrichi d’utiles complément, à des films choisis, et non plus ingurgités dans le flux des promotions et des addictions.

Il est le cas échéant possible de les regarder (et de les écouter!) dans des conditions honorables, même si elles ne peuvent en aucun cas rivaliser avec la spécificité fondatrice de la salle.

Entouré de films aimés

Outre l’avantage d’être disponibles là où les réseaux internet sont absents ou déficients, les DVD permettent cette pratique elle aussi désormais vouée à être minoritaire, mais qui recèle ses propres plaisirs: la constitution d’une filmothèque, la satisfaction d’avoir à proximité, ses films préférés comme ses livres préférés.

Il est entendu que l’ère est à la dématérialisation, l’histoire longue est celle de la présence, dans une époque, d’objets et de pratiques venus des époques intérieurs, et qui offrent à ceux qui y recourent des joies incomparables.

Joies en l’occurrence d’un prix modique, y compris s’il faut faire l’acquisition d’un lecteur, puisque les grandes marques d’ordinateurs ne les intègrent plus à leurs appareils.

Cinq nouveautés pour l'été

Voici donc quelques propositions de DVD récemment édités, et concernant des films nouveaux, à emporter en vacances. Soit l'occasion de rattraper des sorties importantes des derniers mois, que beaucoup auront raté –et que certains voudront revoir s’ils ne les avaient pas ratés.



Peut-être le plus beau film de 2016, Paterson de Jim Jarmusch est un bonheur de poésie souriante et attentive aux êtres, aux lieux, aux émotions.  (Le Pacte Editions).

 

 


Œuvre-fleuve, hypnotique et vibrante, répondant à la catastrophe climatique et à l’injustice politique par une tempête de beauté et de sensibilité, de Lav Diaz Death in the Land of the Encantos est un monument contemporain. (Dissidenz).

 

 

Étrange et envoutant testament tourné bien avant sa mort (en 1982) mais sorti après celle-ci en 2015, Visite ou Mémoires et Confessions de Manoel de Oliveira est le plus léger et le plus fin des films de fantômes. Parmi les suppléments, un beau portrait du vieux maître par son disciple Joao Botelho, Le Cinéma, Manoel de Oliveira et moi. (Epicentre).

Excellent film de guerre signé d’un réalisateur inégal, ici très inspiré, l’évocation de la présence américaine en Irak dans Un jour dans la vie de Billy Lynn d’Ang Lee est passé quasiment inaperçu à sa sortie, sans doute pour avoir trop bien dénoncé la vulgarité américaine en contrepoint des pratiques de domination militaire. (Sony Pictures).


Ce fut une des belles découvertes en salles début 2017 (pour les rares chanceux qui ont pu l’attraper) : Valley of Stars de Mani Haghighi, un film iranien inspiré et rebelle, hanté de fantastique, réussite d’un des principaux cinéastes de sa génération.

      

Jean-Michel Frodon
Jean-Michel Frodon (490 articles)
Critique de cinéma
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte