Sciences / Monde

Le gouvernement Trump lance un comité pour critiquer la science du climat

Temps de lecture : 2 min

Le ministre de l'environnement, Scott Pruitt, veut que diverses points de vue sur le réchauffement climatique soient mis en perspective.

Manifestation de militants écologistes contre le ministre de l'environnement Scott Pruitt, le 21 juin 2017 à New York | DREW ANGERER/AFP
Manifestation de militants écologistes contre le ministre de l'environnement Scott Pruitt, le 21 juin 2017 à New York | DREW ANGERER/AFP

En mars, Trump a signé un décret abrogeant des mesures de réduction d'émissions de CO2 pour les centrales thermiques. En avril, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) a effacé de son site la page consacrée au réchauffement climatique. Deux mois plus tard, Donald Trump annonçait le retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

Le ministre de l'environnement, Scott Pruitt, poursuit la croisade climatosceptique du président. Selon une source interrogée par le site E&E News, Pruitt est sur le point de mettre sur pied un comité visant à «évaluer la science climatique aux États-Unis».

Or Pruitt a une vision particulière de la science climatique: en mars, il avait déclaré que le dioxyde de carbone n'était pas un facteur primordial du réchauffement climatique, en contradiction avec les recherches scientifiques sur le sujet.

Alors qu'il y a un consensus scientifique sur l'existence et les causes humaines du réchauffement climatique, Pruitt continue de penser qu'il y a débat et qu'il faut que différents points de vue soient entendus.

«Nous pensons pouvoir recruter les meilleurs dans les domaines du climat et organiser un processus dans lequel ces individus feront la critique de nouveaux rapports sur la science du climat», a expliqué la source au sein de l'EPA.

Pourtant, les études scientifiques sur le sujet font déjà l'objet d'évaluations rigoureuses par des comités scientifiques. Ce genre d'initiative serait donc un moyen pour l'EPA de politiser le processus en recrutant des climatosceptiques.

«Pruitt pense que les Américains méritent une vraie discussion évaluée par des experts au sujet de la science du climat. Apparemment, il ne comprend pas que cela fait déjà trente ans que cette discussion a lieu dans les revues scientifiques», a expliqué un représentant démocrate du comité du Congrès sur la science.

En mars, des républicains au Congrès avaient invité trois scientifiques en désaccord avec le consensus sur le réchauffement climatique, et ils avaient demandé à ce que des enquêtes supplémentaires soient financées. Leur souhait semble avoir été exaucé.

Interviewé par le New York Times, le professeur de sciences atmosphériques Andrew Dessler a expliqué que cette initative n'attirera probablement que des scientifiques peu rigoureux:

«Je ne pense pas que des scientifiques sérieux vont se précipiter pour participer à un processus qui est clairement une perte de temps. A mon avis au bout du compte, les participants ne seront pas vraiment qualifiés.»

Slate.fr

Newsletters

L’appréciation des sens diffère selon les cultures

L’appréciation des sens diffère selon les cultures

La capacité à décrire une sensation varie d'une langue à l'autre.

Pourquoi la douleur n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde

Pourquoi la douleur n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde

Expliquer pourquoi certaines personnes sont plus sensibles à la douleur que d’autres permettrait de mettre au point des traitements personnalisés beaucoup plus efficaces.

Fascinante Mercure, ses glaces, son champ magnétique, son bouclier planétaire

Fascinante Mercure, ses glaces, son champ magnétique, son bouclier planétaire

La sonde de la mission BepiColombo se posera en 2025 sur Mercure pour une investigation approfondie. D’anciennes missions ont déjà apporté de l’information sur cette planète fascinante.

Newsletters