Monde

Les parlementaires britanniques peuvent faire tomber la cravate

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 01.07.2017 à 15 h 11

Repéré sur Quartz

Le Président de la Chambre des communes a tranché: il acceptera les styles «business casual» et n'empêchera pas un parlementaire de s'exprimer s'il ne porte pas de cravate.

La reine Elizabeth II et le Prince Charles à l'occasion de l'ouverture de la session parlementaire, à Londres, le 21 juin 2017 | STEFAN WERMUTH

La reine Elizabeth II et le Prince Charles à l'occasion de l'ouverture de la session parlementaire, à Londres, le 21 juin 2017 | STEFAN WERMUTH

L’arrivée de Jean-Luc Mélenchon et des députés de la France insoumise sans cravate à l’Assemblée nationale, le 27 juin, a suscité l'émoi. Pendant ce temps, de l'autre côté de la manche, le président de la Chambre des communes britannique vient de décréter qu’il ne voyait pas d’inconvénient à ce que les élus siègent sans cravate.

Le 29 juin, John Bercow, président de la Chambre, a été interpellé par un parlementaire conservateur lui demandant pourquoi il avait laissé s’exprimer un membre qui ne possédait pas de cravate, ce à quoi il lui avait répondu:

«Tant qu’un parlementaire arrive à la Chambre habillé de manière correcte, la question de savoir s’il porte une cravate ou non n’est pas très importante. Est-ce que je pense que c’est essentiel qu’un membre porte une cravate? Non.»

Un règlement particulièrement strict

 

Les règles de bonne conduite et vestimentaires sont nombreuses à la Chambre des communes, et certaines sont des vestiges des premiers temps de cette assemblée. Les parlementaires ont notamment l’obligation de s’adresser aux membres de leur parti en les gratifiant d’un «Mon honorable ami», tandis que ceux des camps opposés ont le droit à «Honorable membre».

Contrairement à celui de l’Assemblée nationale en France, le règlement de son homologue britannique stipule que les parlementaires doivent s’habiller d’une manière qui témoigne de leur «respect pour la Chambre et pour sa position centrale dans la vie de la nation», ce qui implique pour les hommes de porter «une veste et une cravate». Pour les femmes, il est stipulé que le «même niveau de formalité est attendu».

D’après les règles, une personne faisant preuve d'«un irrespect flagrant dans sa manière de s’habiller» doit être chassé de la Chambre. Mais aux yeux du président John Bercow, ces règles sont aujourd’hui archaïques et méritent d’être remises à jour.

Une idée qui n’a pas plus à tout le monde, puisque certains parlementaires, comme Chris Huhne, s’insurgent contre cette décision sur Twitter:

«Peut-on désormais entrer librement dans la Chambre des communes sans cravate?!?!? Et ensuite? Des parlementaires en peignoirs et en tong?! #Ridicule.»

Avec l’arrivée de l’été et des fortes chaleurs –même à Londres–, nombre d’entre eux devraient cependant saluer le geste du président de la Chambre des communes, tout comme les journalistes politiques qui sont eux-aussi logiquement tenus d’assister aux séances avec une cravate.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte