Double XMonde

Trump interrompt un coup de fil avec un chef d'État pour louer la beauté d'une journaliste

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 28.06.2017 à 11 h 08

Repéré sur The Hill

En pleine conversation avec le premier ministre irlandais, Trump a parlé du «joli sourire» d'une journaliste présente dans le Bureau ovale.

Donald Trump parle au téléphone avec le premier ministre irlandais, à la Maison Blanche le 27 juin 2017. NICHOLAS KAMM/AFP

Donald Trump parle au téléphone avec le premier ministre irlandais, à la Maison Blanche le 27 juin 2017. NICHOLAS KAMM/AFP

Donald Trump ne fait habituellement pas beaucoup de compliments aux journalistes –il les a qualifiés de malhonnêtes, menteurs et répugnants– mais son ton change parfois lorsque les reporters en question sont jeunes et jolies. 

Plusieurs correspondants de médias irlandais étaient présents dans le Bureau ovale pendant une discussion téléphonique entre Trump et Leo Varadkar, le nouveau Premier ministre irlandais. Alors que les deux chefs d'État conversaient, le président américain a repéré Caitrionia Perry, qui est correspondante à la Maison-Blanche pour la chaîne irlandaise RTE. 

Comme s'il était dans un concours de Miss Univers ou une émission de téléréalité, Trump a demandé à Perry de s'approcher. 

«D'où est-ce que vous venez? Venez ici», a dit le président à la reporter, lui faisant signe d'approcher.

«Nous avons cette belle presse irlandaise, a continué Trump, parlant au Premier ministre irlandais. Caitrionia Perry. Elle a un joli sourire. Je suis sûre qu'elle vous traite bien.»

Le «gros dégueulasse»

 

Sur Twitter, Perry a qualifié le moment de «bizarre»:

Sur Twitter, plusieurs personnes ont présenté leurs excuses à Caitrionia Perry:

«Nous sommes désolés que notre président soit un gros dégueulasse.»

Ce n'était pas la première fois que Trump se permettait de faire des commentaires sur le physique d'une journaliste en direct. Lorsqu'Olivia Nuzzi du Daily Beast a interviewé le président, il lui a dit qu'elle était belle et jeune. De même, après une interview avec Karen Attiah du Washington Post, Trump a tenu à lui faire savoir qu'elle était belle.  

Par contre, lorsque Trump trouve que certaines femmes ne sont pas belles, il le fait aussi savoir à tout le monde. Pendant sa campagne, il avait que Carly Fiorina, candidate aux primaires républicaines, était trop moche pour gagner, et que la femme de Ted Cruz était moins belle que la sienne. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte