Parents & enfants

Oublier son enfant dans une voiture peut malheureusement vous arriver à vous aussi

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 28.06.2017 à 10 h 51

Repéré sur Quartz

Les parents irresponsables n'en sont pas les seuls victimes.

Backseat | Edith Soto via Flickr CC License by

Backseat | Edith Soto via Flickr CC License by

Confrontés à ces histoires tragiques d’enfants oubliés dans des voitures par temps de canicule, beaucoup de personnes imputent la faute à l’irresponsabilité de parents qui ne font pas attention à leur progéniture, affirme Quartz. De son côté, la neuroscience pense au contraire que cette triste erreur peut être commise par n’importe quel être humain qui possède un cerveau, qui a une routine et qui est confronté à une situation stressante. Peu importe votre sexe, votre âge, votre éducation ou encore votre niveau intellectuel.

David Diamond, professeur de psychologie à l’université de Floride du Sud, a particulièrement étudié ce problème et le définit dans son étude comme le «syndrome du bébé oublié». Il explique que cette erreur, qui peut être commise par tous les adultes, vient d’une compétition entre deux de nos systèmes cérébraux.

Mise en concurrence

En temps normal, le système composé de l’hippocampe et du cortex préfrontal travaille de manière à rappeler aux parents leur agenda de la journée, à leur faire penser à déposer un enfant à la crèche et l’autre chez le médecin, par exemple.

Mais lorsque des événements stressants s’immiscent dans cette routine rodée, les fonctions primitives du cortex cérébral situées dans les amygdales et les noyaux gris se réveillent et détournent le cerveau humain des préoccupations qu’il avait avant que le stress n’entre en jeu. Il suffit alors d’un appel téléphonique pénible ou d'un coup de pression pour en oublier l’enfant qui ne fait pas de bruit, assis dans son siège auto sur la banquette arrière.

Stephen Cowen, professeur de psychologie à l’Université d’Arizona, explique que sous l’effet du stress, «on peut être plus sensible au stimuli immédiat et moins attentif à notre mémoire à long terme», et ainsi ne plus se rappeler le moment où l’on a installé l’enfant dans son siège auto.

En 2015, un ingénieur et père de famille de 35 ans avait oublié son bébé à l’arrière de sa voiture durant une journée, en pensant qu’il l’avait déposé à la crèche le matin même. L’enfant n'avait pas survécu et son père avait invoqué le surmenage et le stress au travail.

Des solutions pour parer à notre système cérébral

 

À l’intérieur de l’habitacle d’une voiture exposée au soleil, la température peut augmenter de 15 degrés en une vingtaine de minutes et le corps des jeunes enfants se réchauffe plus vite que celui d’un adulte. Certaines inventions pourraient cependant permettre de lutter contre le mauvais tour que nous joue notre cerveau sous l’effet du stress.

L’entreprise américaine Sense-A-Life a notamment mis au point des tablettes qui se glissent sous les sièges auto et qui bipent si la porte de la voiture se ferme alors que l’enfant est toujours à l’intérieur.

Plus surprenant, un jeune texan de dix ans, Bishop Curry, a imaginé un objet qui réagirait aux températures trop élevées à l’intérieur des voitures en dégageant de l’air frais et en utilisant une antenne pour prévenir parents et autorités.

Des trouvailles qui ont un grand avenir devant elles au regard du nombre impressionnant d’enfants qui meurent chaque année, victimes d’un simple oubli de leurs parents. Aux États-Unis, on en compte en moyenne 37 tous les ans, d'après Quartz.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte