Tech & internet

Quand on devient un mème, on s'expose à la malédiction du «canard au milkshake»

Temps de lecture : 2 min

Après une pluie d'amour virtuel, de nombreux phénomènes viraux ont dû affronter un retour de bâton parfois violent.

Canard | Jaroslav Novák via Wikimédia CC License by
Canard | Jaroslav Novák via Wikimédia CC License by

Il y a presque un an, le compte Twitter @PixelatedBoat poste le tweet suivant: «Internet tout entier aime le Canard au milkshake, un adorable canard qui boit un milkshake. *Cinq secondes plus tard* Nous avons le regret de vous informer que le canard est raciste.»

Le message peut sembler cryptique, d'autant plus que, et désolé si cela vous déçoit, le canard au milkshake n'existe pas vraiment. En fait, comme l'explique Know Your Meme sur son site, il s'agit d'une blague censée édicter une loi sur internet: il arrive bien souvent qu'un phénomène web, la plupart du temps un mème, soit rattrapé par des casseroles une fois que le monde entier se sera penché sur sa vie et son passé. Par exemple, on l'a oublié, mais la fameuse Chewbacca Mom a reçu un torrent de critiques lorsqu'elle a jugé bon de s'impliquer dans le débat autour des tensions entre la police américaine et la communauté noire.

Esquire, qui s'est penché sur cette loi d'internet, nous livre d'autres exemples de Milkshake Duck. «Ken Bone qui est passé du rang d'électeur au pull et attachant à celui de bonhomme flippant de Reddit, par exemple, ou Ryan, le dieu du jeu télévisé Plinko qui s'est révélé être un supporter de Trump.»

«Je n'essayais pas de dire “C'est terrible ce qui arrive et cela ne devrait pas se passer comme ça”»

Il y a quelques mois, un homme originaire de Chicago et prénommé Gary est devenue une célébrité lors de son passage inattendu des Oscars, où il avait été invité par hasard à «squatter» la salle avec un groupe de touristes. Internet et certains médias ont enquêté et découvert que l'homme en question sortait de prison. A suivi alors un débat autour de cet homme, certains estimant qu'on devait lui reprocher son passé.

Cette méthode du canard et de son milkshake pose donc des questions. Internet a-t-il besoin de savoir que telle personne ayant bénéficié de quelques jours de gloire est un ancien détenu ou qu'une autre a un historique Reddit pour le moins inquiétant? À Esquire, PixeledBoat explique que, selon lui, ce genre de situation est tellement «inévitable que cela ne vaut pas la peine d'émettre un jugement dessus».

«C'est un produit inévitable de la culture internet. Il est probable qu'il y aura des retours de bâton mérités et d'autre qui ne le sont pas. Cela dit peut-être quelque chose d'horrible à propos de la société mais... Je ne sais pas. Je n'essayais pas de dire “C'est terrible ce qui arrive et cela ne devrait pas se passer comme ça.” C'était plus une observation que ce genre de chose arrive en ce moment et continuera d'arriver pour toujours.»

Et qui sait, peut-être sera-t-il lui aussi victime de sa propre création. Le canard au milkshake n'a pas fini de veiller.

Slate.fr

Newsletters

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Les applications dédiées aux règles profitent avant tout à ceux qui les font (souvent des hommes)

Les applications dédiées aux règles profitent avant tout à ceux qui les font (souvent des hommes)

Comme le reste des applis, celles de santé sont aussi faites pour vendre des publicités ou des informations personnelles.

Newsletters