Monde

Donald Trump met fin à une tradition en n'accueillant pas de dîner de rupture du jeûne à la Maison Blanche

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 25.06.2017 à 14 h 53

Repéré sur BuzzFeed, CNN, The Washington Post

Donald Trump est le premier président depuis Bill Clinton à ne pas respecter cette tradition.

Donald Trump, le 23 juin 2017, à la Maison Blanche. Mandel NGAN / AFP

Donald Trump, le 23 juin 2017, à la Maison Blanche. Mandel NGAN / AFP

C'est une tradition de plus que Donald Trump ne respecte pas. La Maison Blanche n'a pas accueilli cette année un dîner de rupture du jeûne (iftar), «pour commémorer le ramadan, le mois de jeûne sacré dans l'Islam», rapporte CNN. À la place, poursuit le site de la chaîne américaine, le 45e président américain a envoyé un communiqué de presse, ce samedi 24 juin, dans lequel il présente ses «salutations chaleureuses» à ceux qui célèbrent l'Aïd el-Fitr, qui marque la fin du ramadan.

Contacté par Newsweek, la Maison Blanche a confirmé dans un e-mail «qu'elle n'accueillerait pas un dîner de rupture de jeûne, et a renvoyé à la déclaration de Trump effectuée au début du ramadan».

C'est la première fois depuis plus de deux décennies que la Maison Blanche n'accueille pas un tel dîner. Bill Clinton, George W. Bush (notamment au lendemain du 11-septembre) et Barack Obama n'avaient pas dérogé à cette règle, en invitant à la Maison Blanche des diplomates musulmans et des membres importants de la communauté musulmane américaine, explique BuzzFeed.

«Le premier iftar de la Maison Blanche s'est déroulé sous la présidence de Thomas Jefferson, en 1805, quand il avait invité un ambassadeur de Tunis à la Maison Blanche. Le secrétaire d'État Rex Tillerson a également rompu avec des décennies de tradition en rejetant une demande d'organisation d'une réception pour l'Aïd el-Fitr.»

À l'inverse, à la fin du mois de mai, The Intercept annonçait que le Pentagone allait poursuivre la tradition lancée dix-huit ans plus tôt.

The Independent indique que les musulmans américains «espéraient peut-être que le dîner ait bien lieu cette année, et qu'il aurait pu servir de symbole d'unité, après une augmentation de crimes haineux contre leur communauté que l'on n'avait pas vu depuis 2001».

BuzzFeed souligne néanmoins que même si Donald Trump et sa Maison Blanche avaient organisé un tel évènement, «il aurait pu être compliqué de trouver des invités».

«Le président et son administration ont mis en colère et aliéné les musulmans à plusieurs reprises, notamment avec les tentatives d'établissement d'une interdiction d'entrée sur le territoire visant les citoyens de pays à majorité musulmane.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte