Monde

Le président de la Guinée accusé de crime contre l'humanité

Temps de lecture : 2 min

Pour la communauté internationale, il ne semble plus y avoir l'ombre d'un doute. Selon un rapport des Nations Unies, les forces de sécurité guinéennes sont coupables d'avoir organisé le massacre de plusieurs dizaines de manifestants de l'opposition dans le stade de Conakry le 28 septembre dernier. Un massacre qualifié de «crime contre l'humanité» par la Commission d'enquête des Nations Unies qui a remis ses conclusions - une soixantaine de pages - aux pays membres du Conseil de sécurité samedi.

Selon les trois rapporteurs de la Commission qui ont auditionné près de 700 témoins, la tuerie a été préméditée par les forces du Président guinéen Moussa Dadis Camara. Le rapport indique qu'officiellement 156 civils ont été assassinés (le nombre pourrait être plus élevé) et que pas moins de 109 femmes ont été victimes de viols ou de mutilations sexuelles. La commission d'enquête conclu son rapport en demandant la saisine de la Cour pénale internationale pour juger Moussa Dadis Camara et son entourage.

Réagissant lundi à la publication de ce rapport, Bernard Kouchner a réclamé «une enquête spécifique de la Cour pénale Internationale» tout en reconnaissant l'existence d'un crime contre l'humanité.

Ces accusations fragilisent un peu plus le président guinéen. Dadis Camara a été victime le 3 décembre dernier d'une tentative d'assassinat par son ancien aide de camp, Toumba  Diakité, lui aussi considéré comme responsable de la tuerie du 28 septembre par les Nations Unies.

[Lire l'article complet sur Libération]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Moussa Dadis Camara le 2 octobre 2009 à Conakry. REUTERS/Luc Gnago

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 18 au 24 septembre 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 18 au 24 septembre 2021

Départ d'Angela Merkel, éruption du volcan Cumbre Vieja aux Canaries et afflux de migrants le long du Rio Grande... La semaine du 18 au 24 septembre en images.

Comment Poutine aurait fait empoisonner son rival politique

Comment Poutine aurait fait empoisonner son rival politique

Dans un podcast en cinq volets, les journalistes de l'AFP dressent le portrait du paysage politique russe d'aujourd'hui et reviennent sur les nombreuses affaires d'empoisonnement.

Les livreurs new-yorkais obtiennent le droit d'utiliser les WC des restaurants

Les livreurs new-yorkais obtiennent le droit d'utiliser les WC des restaurants

Cette revendication figurait parmi d'autres, qui ont été entendues par le conseil municipal.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio