Tech & internetFrance

Le second tour des législatives vu depuis le Discord des insoumis

Grégor Brandy, mis à jour le 19.06.2017 à 17 h 10

Dix-sept députés, et une bonne grosse polémique.

Jean-Luc Mélenchon, le 18 juin 2017, à Marseille. Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Jean-Luc Mélenchon, le 18 juin 2017, à Marseille. Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Avec 17 députés, la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon va pouvoir former un groupe de députés. Mais ce score est cependant loin des espoirs que certains avaient placé dans le parti, après la présidentielle, quand ils espéraient faire de leur candidat un potentiel Premier ministre. Avec ses 17 élus (sur 74 candidats présents au second tour), la France Insoumise constitue la quatrième force de l'Assemblée nationale derrière l'alliance République en Marche/Modem, les Républicains et les socialistes et radicaux de gauche.

Ce dimanche 18 juin, la soirée commence bien sur leur Discord, ce logiciel de discussion instantané divisé en différents salons. Celui consacré au second tour des législatives a été ouvert un quart d'heure avant les premières estimations, à 20 heures. Et déjà, on se félicite de la «bonne position» de François Ruffin, dans la première circonscription de la Somme. Rien d'officiel, mais des rumeurs qui ravissent les dizaines de personnes déjà présentes.

Le tout avant que l'annonce de l'ancienne députée Isabelle Attard écologiste puis Nouvelle Donne ne finisse par libérer le Discord.

Certains essaient de voir des signes dans le sourire d'Alexis Corbière sur TF1, cinq minutes avant l'annonce des premières estimations, et au milieu des annonces de stress, plusieurs militants se prennent à espérer que la France Insoumise obtienne plus de députés que les socialistes.

Premier soulagement

À l'annonce des premières estimations, c'est plutôt le soulagement qui domine, parce que le mouvement d'Emmanuel Macron a finalement reculé (même s'il reste largement en tête, «limite la dictature», écrit un membre), mais surtout parce qu'avec le nombre de députés estimés, la France Insoumise pourrait bien avoir un groupe politique à l'Assemblée nationale. Pour se rassurer, certains ajoutent même les députés PCF pour former ce fameux groupe.

Pour autant, à cette heure-ci, personne ne connaît l'identité des nouveaux députés FI. Seul François Ruffin a annoncé avoir remporté son duel. Certains assurent que Jean-Luc Mélenchon a également été élu, mais aucune annonce officielle n'a encore eu lieu. La déclaration de Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, en fait enrager certains, notamment le passage sur «les populistes de tout bord» qui «restent à la marge».

Mais entre l'annonce de sa démission à la tête des socialistes à la suite de sa défaite aux législatives et l'annonce de l'élection d'Alexis Corbière, les militants passent vite à autre chose, et se reconcentrent sur les autres circonscriptions potentiellement gagnables.

Pas de groupe pour le FN

L'élection de Marine Le Pen ou de Gilbert Collard en attriste plusieurs quand d'autres tentent de relativiser en estimant que c'était écrit ou en s'amusant de la défaite de Florian Philippot, et de l'absence probable d'un groupe politique pour le Front national.

Petit à petit les résultats tombent et les militants découvrent qui sont les députés de leur parti, et se félicitent parfois aussi des victoires de candidats investis par le parti communiste.

Mais les deux résultats qui intéressent le plus les militants sont ceux de Jean-Luc Mélenchon dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône (qui lui semblait promise) et celle de Farida Amrani, opposée à Manuel Valls, dans la première circonscription de l'Essonne.

Deux élections suivies particulièrement

Quand le premier prend la parole, les militants préviennent les personnes présentes sur le Discord, et l'écoutent religieusement. Le chef de file de la France Insoumise confirme notamment la présence d'un groupe politique pour son parti à l'Assemblée nationale.

 

À la fin de son discours, Jean-Luc Mélenchon annonce à ses supporters que TF1 l'annonce élu à 60% «un score vénézuélien», au plus grand bonheur des militants du Discord.

Les résultats continuent de tomber. Si les défaites sont rapidement évacuées, les militants s'attardent particulièrement sur les victoires, comme celle de Clémentine Autain dans la onzième circonscription de Seine-Saint-Denis.

Le mauvais Bompard élu

Une erreur sur le nom de famille fait croire à l'élection de Manuel Bompard, mais le chef d'orchestre de la France Insoumise est victime d'un homonyme, le député d'extrême droite Jacques Bompard, qui est lui réélu. On apprendra plus tard dans la soirée que Manuel Bompard a été battu à Toulouse.

Le duel opposant Farida Amrani à Manuel Valls prend alors de plus en plus de place au fur et à mesure de la soirée. Un premier résultat provenant d'un bureau de vote donnant douze voix d'avance à la candidate de la France insoumise fait croire à certains à une victoire des leurs, mais on leur rappelle rapidement qu'il ne s'agit que d'un bureau de vote. Pour d'autres il est donc l'heure de faire quelques blagues déjà éculées sur Twitter.

Ils se prennent à espérer d'un potentiel retour et d'une victoire de Sarah Legrain face à Mounir Mahjoubi «ce jeune coq prétentieux», et de Danielle Simonnet à Paris. Ils apprendront plus tard la défaite de leurs deux candidats, mais aussi celle de Myriam El Khomri, auteure de la loi Travail, qui devient pour eux source de réjouissance.

En attendant les résultats à Évry, les militants rapportent ce qu'ils entendent à la télé ou la radio, ou ce qu'ils lisent sur internet, et se laissent parfois emporter sur des résultats incomplets.

Déception puis colère pour l'Essonne

Mais Manuel Valls finit par annoncer sa victoire de justesse face à la candidate FI. 139 voix départagent les deux candidats. Une catastrophe pour de nombreux militants, qui souhaitaient une défaite symbolique de l'ancien Premier ministre.

Très vite, certains estiment que «ça sent la triche», d'autant que c'est la circonscription de Serge Dassault, et appellent à un recompte.

Dans le même temps, le camp de la France insoumise dénonce «de nombreuses irrégularités», même si de nombreux militants se demandent si Sophia Chikirou, la directrice de communication de campagne de Jean-Luc Mélenchon, ne va pas trop loin en accusant l'ancien Premier ministre d'avoir triché.

Et certains de prédire une «longue nuit» à Évry. Il est vrai que quelques minutes plus tard, vers 22h45, on apprend que l'équipe de Farida Amrani revendique, elle aussi, la victoire dans la première circonscription de l'Essonne.

De quoi sortir le popcorn, pour le reste de la soirée et les jours à venir. Un recours a été déposé, ce lundi.

Mais pendant cet épisode, la France insoumise a ajouté plusieurs députés sur les bancs de l'Assemblée nationale.

En plus des 17 candidats élus, certains membres du Discord rajoutent deux candidats divers gauche, Huguette Bello, et Jean-Hugues Ratenon. Suffisant pour composer un groupe parlementaire mais parfois frustrant quand ils voient que certains candidats ne sont passés qu'à quelques centaines de voix du Palais Bourbon. Déjà qu'un mois plus tôt à seulement 600.000 voix près

Grégor Brandy
Grégor Brandy (426 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte