Culture

Le retour à la mode de la machine à écrire

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, elle connaît une nouvelle génération de fans, à l'image de l'acteur Tom Hanks.

Tom Hanks dans la bande-annonce du documentaire «California Typewriter».
Tom Hanks dans la bande-annonce du documentaire «California Typewriter».

Vu l'amour des hipsters pour le vintage, ce retour était probablement inévitable: selon l'Associated Press, la machine à écrire connaît actuellement un petit retour à la mode aux États-Unis. «À l'ère des smartphones, des réseaux sociaux et de la peur du piratage, les machines à écrire vintage qui prenaient jusqu'ici la poussière dans des greniers et des sous-sols sont en train de susciter une nouvelle génération de fans à travers le pays», écrit l'agence, qui cite comme exemple la vogue des «type-in» dans certains bars et des poètes de rue qui l'utilisent ou la cote des machines sur des sites de vente en ligne. Alors que pour certains, l'objet imaginé il y a 150 ans par l'inventeur Christopher Latham Sholes paraît préhistorique –un récent reportage du Boston Globe montrait une classe de lycéens «tapotant les touches comme s'ils avaient peur qu'elles ne ripostent»–, chez d'autres, les noms d'Olivetti, Underwood ou Smith-Corona ressuscitent l'image de l'écrivain tapant bruyamment son nouveau chef-d'œuvre.

Un marchand de machines à écrire de Lafayette (Indiana) expliquait récemment qu'il existait trois segments sur le marché: certaines entreprises et administrations, qui trouvent encore l'objet pratique pour accomplir certaines tâches; l'ancienne génération, qui ne s'est pas encore tout à fait adaptée à l'ordinateur; et, enfin, «les vétérans du mouvement hipster qui veulent écrire des romans ou des lettres sur des machines remises en état».


Un documentaire sur le sujet, California Typewriter, racontant les aventures d'un magasin du même nom à Berkeley (Californie), doit sortir cet été. Le réalisateur a aussi interviewé des personnalités sur leur rapport à l'objet, comme le dramaturge Sam Shepard: «Quand vous chevauchez un cheval, vous devez le seller, quand vous utilisez une machine à écrire, vous devez la nourrir de papier.» Ou encore l'acteur Tom Hanks, qui possède près de 300 machines à écrire et qui publiera en octobre Uncommon Type: Some Stories, un recueil de nouvelles centrées autour de la thématique de la machine à écrire. En 2013, Hanks avait publié une lettre d'amour à la machine dans le New York Times:

«Faites l'expérience: sur votre ordinateur portable, tapez la première phrase de Moby Dick, cela va faire quelque chose comme appelezmoiismael. Maintenant, faites la même chose sur une Olympia des années 1950 (il vous en faut une? J'en ai deux) et accrochez-vous: APPELEZ! MOI! ISMAËL!»

En mars, l'acteur avait d'ailleurs envoyé une lettre tapée à la machine pour accompagner une machine à café offerte aux journalistes accrédités à la Maison-Blanche pour les encourager dans leur couverture de l'administration Trump.

Newsletters

«Koko-di Koko-da»: même cauchemar, joue encore

«Koko-di Koko-da»: même cauchemar, joue encore

Le deuxième film du Suédois Johannes Nyholm répète en boucle l'enfer vécu par un couple –«Un jour sans fin» version massacre.

Netflix, Disney+... le renouveau du soft power américain?

Netflix, Disney+... le renouveau du soft power américain?

Après Netflix, Hulu et Amazon Prime Video... Ce 12 novembre, aux États-Unis, Disney a lancé Disney+, sa nouvelle plateforme de vidéo à la demande –composée des classiques de Disney, de séries TV mais aussi des franchises...

«À la croisée des mondes» saison 1, épisode 2: «Images du Nord», récap et analyse

«À la croisée des mondes» saison 1, épisode 2: «Images du Nord», récap et analyse

[ATTENTION SPOILERS] Toutes les questions que l'on se pose après le deuxième épisode d'«À la croisée des mondes» (et toutes nos réponses).

Newsletters