Monde

L'émirat d'Abou Dhabi a désormais une mosquée Marie mère de Jésus

Temps de lecture : 2 min

Les autorités émiraties ont renommé une mosquée à la gloire de la mère de Jésus, un geste symbolique pour promouvoir le dialogue entre les religions.

Une mosquée à Abou Dhabi aux Emirats Arabes Unis. KARIM SAHIB/AFP.
Une mosquée à Abou Dhabi aux Emirats Arabes Unis. KARIM SAHIB/AFP.

À Abou Dhabi, la mosquée Sheikh Mohammed ben Zayed vient d'être rebaptisée mosquée Marie mère de Jésus (Mariam Umm Eisa), une décision prise par le prince héritier et ministre de la Défense du pays.

Pour Sheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, il s'agit de «renforcer les liens d'humanité entre les fidèles de plusieurs religions». L'émirat d'Abou Dhabi est une monarchie autoritaire, mais depuis quelques années, les dirigeants font des efforts en matière d'ouverture.

En 2016, un ministère de la Tolérance, dirigé par une femme, a été créé, et la plus grande église anglicane du Moyen-Orient est actuellement en construction dans l'émirat. Elle sera dotée d'un centre de dialogue interreligieux. Le premier temple hindou d'Abou Dhabi ouvrira fin 2017, et récemment, une église a ouvert ses portes à plus de deux cent fidèles musulmans pour la prière.

Les leaders chrétiens vivant à Abou Dhabi, où existent déjà une cathédrale catholique et une autre église anglicane, ont salué la décision de renommer la mosquée. Dans la région, ce genre de tolérance est assez inhabituelle: en Arabie Saoudite, il n'y a par exemple aucune église et les chrétiens du pays prient donc en secret dans des sites privés.

Newsletters

Une ville chinoise publie des photos de gens en pyjama dans la rue

Une ville chinoise publie des photos de gens en pyjama dans la rue

Le but: leur coller la honte.

Le végétarisme se réimplante en Afrique

Le végétarisme se réimplante en Afrique

En retournant aux sources de la nourriture africaine, certains restaurants du continent espèrent répondre aux défis sanitaires et environnementaux auxquels leurs pays font face.

La conseillère de Trump pense que Martin Luther King aurait été contre l'impeachment

La conseillère de Trump pense que Martin Luther King aurait été contre l'impeachment

Pour Kellyanne Conway, la procédure de destitution du président américain s'oppose au message d'unité et de justice du défenseur des droits civiques.

Newsletters