Culture

VIDÉOS. Ce que portent les jeunes dans le XVIe arrondissement de Paris (partie 3)

Temps de lecture : 2 min

Dans notre nouvelle série vidéo «Cadavre Exquis», des ados parisiens nous parlent de leur rapport à la mode, aux tendances et aux codes vestimentaires de leur génération. Après le collège-lycée Henri Bergson (XIXe arrondissement de Paris), direction Janson-de-Sailly (XVIe).

Accédez directement aux épisodes à Janson-de-Sailly ici, et à notre première série de vidéos consacrée aux vêtements des jeunes, tournée au lycée Henri-Bergson (XIXe arrondissement de Paris), ici.

Ils sont jeunes, approchent dangereusement de l'âge adulte et vivent à Paris ou dans sa proche-banlieue. Chaque matin, avant de partir à l'école, ils réfléchissent à la manière dont ils vont s'habiller, se chausser, se coiffer, s'apprêter ou se maquiller.

Ils sont jeunes et, comme pour chaque génération, ils portent un regard bien spécifique sur la mode, les tendances et les codes vestimentaires à adopter ou, à l'inverse, à absolument éviter. Afin d'interroger et documenter le rapport de ces jeunes à la consommation et, plus particulièrement, à la mode, nous sommes partis avec une caméra arpenter quelques lycées de Paris ou de sa proche-banlieue.

Pour la deuxième étape de cette série, Cadavre Exquis, direction l'une des plus grandes cités scolaires de la capitale française, le lycée Janson-de-Sailly, dans le XVIe arrondissment de Paris, où nous avons rencontré Axelle, Éléonore, Hugo, Benjamin et David.

Épisode 1 | «Les pieds»

Épisode 2 | «Les bustes»

Épisode 3 | «Les têtes»

Pour retrouver les premiers épisodes de la série Cadavre Exquis au lycée Henri-Bergson dans le XIXe arrondissement, c'est par ici. Pour toutes nos autres vidéos, abonnez-vous à notre compte YouTube ou rendez-vous directement sur notre page Facebook.

Alexandre Mognol Journaliste

Newsletters

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

«Les médias ont tendance à se concentrer sur les questions négatives au sujet des cultures amérindiennes, explique la photographe Carlotta Cardana, et, même s'il est certainement important de discuter de ces questions et de leurs causes...

La fabuleuse histoire du Photomaton

La fabuleuse histoire du Photomaton

Il a traversé le siècle dernier, inspiré les artistes, bouleversé les habitudes et la société, déchaîné les passions... petite histoire d'une grande invention.

Il y a trente ans, Public Enemy révolutionnait le rap

Il y a trente ans, Public Enemy révolutionnait le rap

En sortant son second album «It Takes A Nation Of Millions To Hold Us Back» en 1988, le groupe ne se contente pas de changer la face du rap. Il redéfinit son rôle, la place du rappeur dans l'engagement politique et le dialogue intellectuel.

Newsletters