Monde

Oups, la vidéo du Premier ministre australien se moquant de Trump a fuité sur internet

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 16.06.2017 à 8 h 23

Repéré sur The Independent

Le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, s’est moqué des liens qu’aurait le président américain avec la Russie et de son obsession pour les «fake news».

Donald Trump écoute le Président australien Malcolm Turnbull lors de leur rencontre à New-York, le 4 mai 2017 |  BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Donald Trump écoute le Président australien Malcolm Turnbull lors de leur rencontre à New-York, le 4 mai 2017 | BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Malcolm Turnbull ne s’attendait sûrement pas à ce genre de revers. Lors du bal de mi-hiver –un gala de charité annuel organisé au Parlement de Camberra ce 14 juin–, journalistes et personnalités politiques invités sont logiquement tenus à une certaine discrétion sur les propos tenus. Comme le relève The Independent, l’imitation moqueuse de Donald Trump par le Premier ministre australien s’est pourtant retrouvée cette année sur tous les réseaux sociaux:

«Le Donald et moi, on grimpe dans les sondages. Mais pas dans les faux sondages, dans les vrais. Et dans ceux là, on gagne facilement! Tu le sais, ça? Moi je le sais. J’ai mon gars russe. Crois moi, c’est vrai.»

Le tout en imitant le ton énervé du Président américain et sous les applaudissements de l’assemblée.


Il s’est ainsi moqué de la manie de Donald Trump de critiquer les sondages qui ne sont pas en sa faveur et qui le gratifient d’un taux de popularité très bas. En avril, le président américain avait affirmé que les sondages d’ABC et de NBC pour ses 100 jours au pouvoir étaient «des fake news». Malcolm Turnbull met aussi le doigt sur l’enquête dont Trump fait l’objet, concernant des possibles liens entre sa campagne présidentielle de 2016 et la Russie.

C’est le journaliste australien Laurie Oakes –qui n’assistait pas au dîner mais qui a reçu la vidéo– qui l’a mise en ligne, affirmant qu’il n’était pas tenu aux règles de silence car il n’était pas présent. Le compte Twitter de House of Cards y est allé de sa petite plaisanterie, en référence à des événements similaires se déroulant dans la série:

«Malcolm Turnbull. Il y a toujours des fuites.»

«Il faut rigoler!»

 

Réagissant à cette fuite sur les ondes de la radio de Melbourne 3AW, le Premier ministre a avoué avoir été déçu que cet enregistrement ne soit pas resté privé. Il déplore le fait que les personnes présentes à la soirée de charité n’aient «pas respecté la confiance qu’il leur avait accordée». Il soutient tout de même qu’il n’avait pas pour but d’être blessant dans cette intervention, mais qu’il s’agissait surtout de s’amuser:

«Mon discours était humoristique. Je l’ai fait le cœur léger, c’était affectueux, il n’y avait rien de méchant. Il faut s’amuser! Il faut rigoler, car c’est stressant la politique.»

L'enregistrement risque de ne pas améliorer des relations déjà peu chaleureuses entre les deux pays. En janvier dernier, en appelant Malcolm Turnbull pour la première fois, Donald Trump lui aurait dit que de tous les coups de téléphones qu’il avait déjà passé avec des leaders politiques depuis le début de son mandat, celui-ci était «le pire».

«Je me demande comment va se passer le prochain coup de téléphone entre Turnbull et Trump.»

En mai dernier, alors que les deux chefs d’État devaient se rencontrer pour la première fois à New York, Donald Trump avait retardé leur réunion de trois heures car un projet de loi sur l’Obamacare était censé passer à la chambre des représentants. Après leur entrevue, le président américain avait cependant fait bonne figure en disant que les États-Unis et l’Australie avait une «relation fantastique». Il faut croire que ces paroles n’ont pas vraiment touché le coeur du Premier ministre australien. Donald Trump n'a quant à lui pas encore réagi à cette imitation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte