France

Et si l'agression de Berlusconi n'était qu'un bluff?

Temps de lecture : 2 min

Et si Berlusconi ne s'était pas fait agresser? Si le sang sur son visage n'était pas du sang et si tout cela n'était qu'un vaste coup monté destiné à le faire passer pour une victime et à restaurer sa côte de popularité?

Sur son blog, le correspondant de France Inter en Italie, Eric Valmir, recense toutes les théories du complot qui se propagent sur le net.

Un internaute par exemple, commentant les photos de l'agression, souligne

«La première photo montre la joue de Berlusconi intacte (ce que montre aussi les vidéos). Donc aucune trace de sang immédiatement après l’impact, ni le moindre son émis par Berlusconi alors qu’officiellement il a le nez cassé et deux dents brisées. Juste en apparence un visage affecté par la douleur, avant même qu’il se couvre le visage. En outre:

  • aucune trace de blessure sous l’œil
  • aucune trace de blessure à la joue
  • aucune trace de blessure au-dessus de la lèvre

«Comment cette photo est compatible avec les deux suivantes, puisque normalement les lacérations auraient dû être visibles instantanément sous la violence du choc?»

Eric Valmir rapporte cependant les propos de Daniele Sensi, qui reconnait que Silvio Berlusconi a su instrumentaliser cette histoire dès l’instant où il a reçu le coup. «Mais parler de complot implique alors une conspiration du silence qui ne concerne pas seulement le gouvernement mais aussi les militants du Pdl présents ce soir là à ses cotés, les personnels hospitaliers de San Rafaele (médecins, infirmières, aides soignants) mais aussi ceux qui ont rendu visite au premier ministre à commencer par le leader de la gauche Pierluigi Bersani (complice?)  et surtout évidemment les services de sécurité.»

Revoir la vidéo de l'agression:


[Lire l'article complet sur le blog d'Eric Valmir]

Image de une: capture d'écran de l'agression.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters