Culture

Pourquoi les célébrités sont si nulles quand il s'agit de s'excuser

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 14.06.2017 à 17 h 03

Repéré sur The Outline

Difficile de concilier son égo de star à l'humilité quand il s'agit de demander pardon.

Capture d'écran extraite de la vidéo promotionnelle de Katy Perry.

Capture d'écran extraite de la vidéo promotionnelle de Katy Perry.

Elles ne peuvent pas s’en empêcher. Les célébrités sont des personnes comme les autres: «Elles font toujours des conneries», commente le site The Outline. «Mais contrairement au citoyen moyen, les conneries des célébrités sont scrutées au microscope», ajoute le magazine. La moindre petite erreur peut faire la Une des journaux du monde entier. Alors dans de telles situations, les excuses ne sont pas seulement recommandées: elles sont organisées, pensées comme des stratégies par des experts en relations publiques et gestion de crise.

Comme cela a sûrement été le cas dans le cadre de la promotion du dernier album de Katy Perry. Alors que des caméras sont (littéralement) restées braquées sur elle pendant 72 heures, la chanteuse en a profité pour aborder différents types de sujets: le racisme et l’appropriation culturelle, entre autres. Deux choses que nombre d’internautes –parmi lesquels un de ses collaborateurs– lui ont reproché au cours de sa carrière, à l’occasion de la sortie d’un clip ou d’une représentation sur scène…

«Elle a beaucoup parlé pour ne rien dire»

Pendant sa vidéo promotionnelle, Katy Perry crève l’abcès en discutant de ces thématiques avec le militant Deray McKesson, porte-voix du mouvement Black Lives Matter, dans son émission de podcast Pod Save the People. Mais au lieu de s’absoudre sobrement auprès de ses fans pour mieux faire la promotion de son dernier album, elle commet alors l’irréparable: la chanteuse déroule un long monologue à son propos. «Elle a beaucoup parlé pour finalement ne pas dire grand chose», résume The Outline. 

Dans l’extrait, Katy Perry reconnaît qu’elle a réagi aux critiques qui lui ont été adressées avec défiance. Mais aussitôt le naturel chassé, il revient au galop: la star s’applique plus à parler d’elle-même, de son ressenti, qu’à écouter ce que Deray McKesson a légitimement à lui dire.

Le staff de Katy Perry a eu «le début d’une bonne idée» en invitant le militant à discuter avec la star sur sa propre plateforme. «Mais l’intention s’est égarée quand Deray McKesson s’est transformé en caution pour Katy Perry, plutôt qu’en individu avec des perspectives intéressantes et puissantes.»

Le magazine explique:

«Le secret d’une bonne excuse, c’est de ranger son égo en se concentrant sur les personnes blessées par les propos ou les actes que l’on a pu avoir à leur encontre. Mais d’un autre côté, le secret pour être une bonne célébrité, c’est de ne faire plus qu’un avec son égo et d’instrumentaliser chaque instant de façon à ce que personne ne vous oublie. Peut-être que ce paradoxe explique pourquoi les excuses de célébrités sont si dures à accepter.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte