MondeEconomie

Aux États-Unis, les réfugiés rapportent plus d'argent à l'État qu'ils n'en reçoivent

Repéré par Rodrigue Arnaud Tagnan, mis à jour le 14.06.2017 à 11 h 32

Que l'on soit en Amérique ou en France, l'argument selon lequel les réfugiés coûteraient trop chers revient toujours. Un argument battu en brèche par une récente étude.

Des Américains protestant contre le décret anti-réfugié du président Trump. Virginie. 1er février 217. Drew Angerer/ AFP

Des Américains protestant contre le décret anti-réfugié du président Trump. Virginie. 1er février 217. Drew Angerer/ AFP

On se souvient de la décision de Donald Trump fin janvier d'interdire l'entrée aux États-Unis à des ressortissants de sept pays musulmans. Avant que la justice ne suspende quelques jours plus tard l'application du décret. Dans la foulée, Washington avait aussi pris la décision de suspendre temporarirement son programme d'admission et de réinstallation des réfugiés créé en 1980. Pour le président américain qui voudrait redonner sa grandeur à l'Amérique, l'immigration coûte trop cher au gouvernement fédéral.

Pourtant, d'après une récente étude publiée par le Washington Post, les réfugiés apportent plus d'argent à l'État qu'ils n'en reçoivent. En d'autres termes, ils payent plus d'impôts qu'ils ne bénéficient d'aides sociales contrairement à la pensée générale. Ainsi, «les adultes qui sont arrivés aux États-Unis ont payé au moins 21.000 dollars [19.000 euros] de taxes de plus comparées aux aides sociales dont ils ont bénéficiées», souligne le Washington Post sur la base de l'étude.

92.000 dollars reçus contre 129.000 dépensés

À la suite de l'adoption de son décret controversé outre-atlantique, le président américain avait suggéré au Département d'État d'étudier sur le long terme le coût des programmes d'aides au réfugiés aussi bien au niveau du gouvernement fédéral que des États fédérés. D'après les conclusions de William Evans et de Daniel Fitzgerald, les deux auteurs de l'étude, l'État américain dépenserait en moyenne 15.000 dollars pour la réinstallation de chaque réfugié.

«Il y a eu beaucoup de polémiques tendant à faire croire que les réfugiés coutaient trop chers. Mais la réalité est que nous n'en savions rien.»

La somme prend en compte les coûts de vérification des antécédants criminels, le logement, l'apprentissage de l'anglais et l'aide à la formation professionnelle. En incluant les diverses allocations dont il bénéficie, la totalité des dépenses ne s'éléverait qu'à 92.000 dollars pour ses vingt premières années sur le sol américain. Mais en retour, ce dernier paye 129.000 dollars de taxes sur la même période. 

Plus le temps passe, plus l'apport économique du réfugié est important

Les résultats de l'enquête varient selon que le réfugié a été accueilli enfant, adolescent ou adulte. Ceux qui arrivent avant l'âge de 14 ans achèvent généralement le lycée et entrent à l'université dans les mêmes conditions que les jeunes Américains, revèle l'étude. «La plupart connaissent d'énormes difficultés au début. Alors que plusieurs recherches indiquent que les conditions matérielles antérieures ont des reperucussions sur le futur de l'enfant, ces jeunes s'en sortent très bien.»

En revanche, ceux qui arrivent à un stade avancé de leur adolscence ont de moins bien meilleurs résultats à cause des barrières linguistiques et de l'absence des parents. 20 à 30% des jeunes de 15 et 16 ans arrivent sans leurs parents. Et chez les 17 ans, ce taux est en hausse de 10%.

Quant à ceux qui arrivent à l'âge adulte, ils commencent le plus souvent par de petits boulots. Avec des revenus nettement inférieurs par rapport aux Américains, ils dépendent grandement des aides sociales. Cependant à leur sixième année, ils travailleraient en moyenne plus que leurs homologues américains sans réussir à réduire les écarts de salaires. Après dix ans, ils retrouvent un niveau de vie comparable à celui des Amérindiens. Ce qui fait dire aux deux économistes que plus plus le temps passe, plus l'apport du réfugié à l'économie américaine augmente.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte