Monde

VIDÉO. Pourquoi certaines personnes rejoignent des sectes

Temps de lecture : 2 min

«Les sectes sont bonnes pour savoir qui cibler.»

Du massacre de Jonestown, au suicide collectif de Heaven's Gate, il est parfois compliqué de comprendre ce qui pousse des gens à rejoindre des sectes. Une vidéo de Ted-Ed, repérée par Digg, explique que par «secte», il faut comprendre ces organisations (religieuses ou non) qui préfèrent séparer leurs membres et les contrôler directement. Pour cela, tout passe par une organisation pyramidale où les nouveaux membres en recrutent d'autres.

«Les sectes sont bonnes pour savoir qui cibler. Elles se concentrent souvent sur ceux qui viennent d'arriver dans une région, ou qui viennent de vivre une perte personnelle ou professionnelle.»

Accepter son erreur

Solitude et quête de sens, poursuit la vidéo, sont deux moteurs de ce recrutement, qui peut prendre des mois et qui vient généralement d'amis, membres de la famille ou collègue, des personnes à qui il est généralement plus difficile de dire non. Et une fois intégrée à une secte, l'endoctrinement rend difficile la sortie, d'autant que pour cela, il faut accepter d'avoir été trompé.

«Croire en quelque chose ne devrait pas se faire aux dépens de votre famille ou de vos amis. Et si quelqu'un vous dit de sacrifier vos relations ou votre morale pour le bien de tous, c'est qu'ils exploitent probablement votre bien-être pour le leur.»

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un publicitaire a embauché un clown professionnel pour égayer son licenciement.

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Trump ne se trompe jamais (vos paupières sont lourdes).

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

Neuf ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie vote le 15 septembre pour sa deuxième élection présidentielle libre. Mais dans le berceau du printemps arabe, on ne croit plus vraiment à la politique.

Newsletters