Monde

VIDÉO. Pourquoi certaines personnes rejoignent des sectes

Temps de lecture : 2 min

«Les sectes sont bonnes pour savoir qui cibler.»

Du massacre de Jonestown, au suicide collectif de Heaven's Gate, il est parfois compliqué de comprendre ce qui pousse des gens à rejoindre des sectes. Une vidéo de Ted-Ed, repérée par Digg, explique que par «secte», il faut comprendre ces organisations (religieuses ou non) qui préfèrent séparer leurs membres et les contrôler directement. Pour cela, tout passe par une organisation pyramidale où les nouveaux membres en recrutent d'autres.

«Les sectes sont bonnes pour savoir qui cibler. Elles se concentrent souvent sur ceux qui viennent d'arriver dans une région, ou qui viennent de vivre une perte personnelle ou professionnelle.»

Accepter son erreur

Solitude et quête de sens, poursuit la vidéo, sont deux moteurs de ce recrutement, qui peut prendre des mois et qui vient généralement d'amis, membres de la famille ou collègue, des personnes à qui il est généralement plus difficile de dire non. Et une fois intégrée à une secte, l'endoctrinement rend difficile la sortie, d'autant que pour cela, il faut accepter d'avoir été trompé.

«Croire en quelque chose ne devrait pas se faire aux dépens de votre famille ou de vos amis. Et si quelqu'un vous dit de sacrifier vos relations ou votre morale pour le bien de tous, c'est qu'ils exploitent probablement votre bien-être pour le leur.»

En savoir plus:

Newsletters

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Identification d'un ennemi extérieur, repli identitaire, patriotisme émotionnel... sont souvent à l'origine du déclenchement d'une guerre.

La Maison-Blanche poursuivie pour n'avoir pas traduit en langue des signes les allocutions sur le Covid-19

La Maison-Blanche poursuivie pour n'avoir pas traduit en langue des signes les allocutions sur le Covid-19

Ce manquement viole le premier amendement et aurait pu mettre en danger des personnes sourdes et malentendantes.

Newsletters