Monde

Copenhague: Bilan d'un sommet décevant

Les dossiers de Slate, mis à jour le 27.01.2010 à 10 h 15

Samedi 19 décembre se tenait la dernière journée du sommet de Copenhague

Le Sommet de Copenhague sur le climat s'est achevé samedi 19 décembre. Après 12 jours de débats dans la capitale danoise l'heure est au bilan. Les négociations ont abouti au dit « Accord de Copenhague », un accord a minima par rapports aux ambitions principales du sommet. Le texte final n'a aucun caractère contraignant et chaque Etat a loisir d'y souscrire ou non, sortant ainsi du cadre collectif de la Convention des Nations unies sur le climat.

***

Les pays participant au débat final se sont mis d'accord sur la nécessité de contenir la hausse de température globale à 2°C.  En revanche aucun accord chiffré sur les réductions d'émission de gaz à effet de serre: les pays industrialisés ont jusqu'au 31 janvier 2010 pour  fixer leurs objectifs. Pour les pays émergents, leurs engagements ne seront pas contraignants. L'accord ne prévoit pas non plus d'instance internationale pour contrôler les efforts de chaque pays.

Aucune contrainte juridique n'a été signée. La prochaine conférence sur le climat, à Mexico à la fin de l'année prochaine, ne devrait pas aboutir à un nouveau texte du genre. Le seul instrument légal et contraignant contre le réchauffement climatique reste donc toujours à ce jour le protocole de Kyoto.

La plupart des commentateurs se désespèrent de cet accord. Pour beaucoup le Sommet de Copenhague est un échec cuisant de géopolitique et un revers grave pour son organisation, l'ONU. Les plus optimistes s'en satisfont, mais ils sont rares. La presse internationale est quasi unanime pour dénoncer les ratés du sommet.

En quittant le sommet samedi, les présidents Barack Obama et Nicolas Sarkozy ont qualifié le sommet «d'insuffisant», mais ils ont laissé entendre que l'accord était le meilleur possible aux vues des dissensions entre les pays tout au long de la conférence. La Chine s'est montrée très ferme et a refusé qu'on lui dicte sa loi; l'Europe a été incapable d'adopter une position commune et, même si elle a montré sa détermination à lutter contre le réchauffement climatique, elle a prouvé son faible niveau d'influence sur la scène internationale.

Du côté des ONG, l'humeur est à l'écoeurement. Les associations, qui ont été exclues à la fin du sommet, se sentent trahies. Selon un communiqué de Greenpeace: «la ville de Copenhague est une scène de crime climatique, dont les coupables se sont enfuis en avion la honte au front»

Lire nos articles sur Slate:

Eric Le Boucher: Copenhague n'est surtout pas un échec
Les Européens se sont fourvoyés. L'écologie ne peut pas se faire contre l'économie.

Tant pis pour la planète
A Copenhague les nations ont étalé leurs égoïsmes et leur irresponsabilité historique.

Sommet de Copenhague: «déception» pour certains, «désastre» pour d'autres

L'opposition s'en prend aux gesticulations de Sarkozy à Copenhague.

Comment Obama a sauvé Copenhague

Nous sommes tous des journalistes environnementalistes
Enquêter sur le changement climatique peut s'avérer dangereux

Entretien avec l'ancien vice-président américain, à propos du changement climatique, de son nouveau livre, et du Climategate

Les réductions d'émissions proposées par Obama sont importantes et bien suffisantes. C'est la thèse de Slate.com.

Copenhague: décrypter la bataille des chiffres
Objectifs, coûts, bénéfices... Quelques repères pour comprendre les négociations.

Pierre Moscovici : notre façon de lutter contre le réchauffement climatique doit évoluer.

Le «Climategate» à l'aide de Copenhague

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le fermier John Ive inspecte un barrage sur sa propriété de Dicks Creek REUTERS/David Gray

Les dossiers de Slate
Les dossiers de Slate (14 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte