Monde

L'ex-star de la NBA Dennis Rodman de retour en Corée du Nord

Temps de lecture : 2 min

Certains observateurs se demandent s'il n'est pas là à la demande de Trump.

Dennis Rodman à l'aéroport de Pyongyang, le 13 juin 2017. Kim Won-Jin / AFP
Dennis Rodman à l'aéroport de Pyongyang, le 13 juin 2017. Kim Won-Jin / AFP

Il l'a confirmé sur son compte Twitter en début de journée, ce 13 juin: Dennis Rodman est bien de retour en Corée du Nord. L'ancienne star des Chicago Bulls avait été repérée par des journalistes de CNN, quelques heures plus tôt à l'aéroport de Pékin, où il avait refusé de répondre à leurs questions.

Dennis Rodman s'est déjà rendu dans le pays à au moins quatre reprises, entre 2013 et 2014, et a rencontré Kim Jong-un, par ailleurs grand fan de basket. Il lui avait chanté «Joyeux anniversaire» et qualifié le leader coréen de «très bon mec».

«Dennis n'est pas un mec stupide»

Mais les choses sont différentes depuis ces dernières visites: les États-Unis ont un nouveau président. Et il se trouve que Donald Trump et Dennis Rodman se connaissent, rappelle le New York Times.

«M. Rodman a soutenu officiellement la campagne de M. Trump en 2015, et est apparu dans son émission “Celebrity Apprentice”, en 2009 et 2013.»

L'administration Obama, avait indiqué que si elle avait pu, elle aurait bloqué cette visite, et Dennis Rodman avait été largement critiqué, indique le New York Times. Donald Trump, lui, avait félicité l'ancien joueur de basket pour son choix de se rendre en Corée du Nord.

«Peut-être que Dennis est bien mieux que tout ce qu'on a. Ce n'est pas pour le show. Mais il est très différent et cette année dans “The Apprentice”, c'est incroyable de voir à quel point il est brillant et intelligent. Dennis n'est pas un mec stupide. Il est intelligent de différentes façons.»

Visite officielle?

Par ailleurs, rappelle un correspondant de CNN, «Dennis Rodman avait indiqué qu'il serait prêt à venir en Corée du Nord pour négocier au nom du président Trump si on le lui demandait».

Alors forcément, de l'autre côté de l'Atlantique, certains se sont demandé si Dennis Rodman ne servait pas d'émissaire envoyé par la Maison-Blanche. Quatre Américains sont actuellement détenus en Corée du Nord, et «le fait que Rodman ait annoncé qu'il rentre dès jeudi a fait naître des espoirs qu'il pourrait se rendre sur place pour les libérer», poursuit le Washington Post. D'autant que l'administration Trump a officialisé quelques heures plus tard la libération sur place de l'étudiant Otto Warmbier sans que l'on sache si la venue de Rodman était liée. D'après sa famille, le jeune Américain de 22 ans serait dans le coma.

Un haut fonctionnaire américain du département d'État a indiqué à CNN que l'administration Trump était informée de ce voyage, mais que l'ancien basketteur ne voyageait sous aucun titre officiel. Le climat est actuellement particulièrement tendu entre la Corée du Nord et les États-Unis, notamment depuis les tirs de missiles nord-coréen, qui assurent craindre un renversement du régime, ce que les États-Unis nient.

«Trump a donné son avis sur Twitter le mois dernier, et estime que la Corée du Nord “cherche des problèmes” et a demandé à la Chine de venir aider. “Si ce n'est pas le cas, on résoudra le problème sans eux! U.S.A.”»

Newsletters

É.-U.: Un cabinet de conseil suggérait de dépenser moins en nourriture pour les migrants

É.-U.: Un cabinet de conseil suggérait de dépenser moins en nourriture pour les migrants

Même les agents de la police de l'immigration ont trouvé que les réductions de dépenses recommandées par le cabinet de conseil McKinsey étaient exagérées. 

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Newsletters