Science & santé

«Comment peut-il me dire de passer à autre chose alors que nous nous aimons?»

Lucile Bellan, mis à jour le 13.06.2017 à 15 h 53

Cette semaine, Lucile conseille Sabine, une mère de famille qui vit très mal la dernière décision de l'homme qu'elle aime.

La psyché | par Berthe Morisot via Wikimedia CC License by

La psyché | par Berthe Morisot via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

J'ai 30 ans et 2 enfants d'une première union. Il y a six mois, j'ai rencontré un homme de 34 ans qui était en procédure de divorce –il est resté dix ans avec sa femme dont deux ans marié. Ils n'ont jamais eu d’enfants: ils ont essayé pendant cinq ans avant que des tests ne détectent une infertilité chez elle.

Nous nous sommes donc rencontrés six mois après leur séparation. Nous sommes rapidement tombés amoureux l'un de l’autre et il a tout de suite accepté mes enfants. Nous avons passé six mois idylliques. Je pense avoir trouvé l'homme de ma vie. Nous nous sommes projetés pour les mois à venir. Je pense avoir trouvé le bonheur.

Mais il y a trois semaines, il s'est senti mal et a préféré mettre un terme à notre relation sous prétexte qu'il ne sent pas prêt à faire «le grand saut» malgré nos sentiments amoureux réciproques. Il me dit qu'il m'aime et qu'il tient à moi mais il préfère être seul pour le moment. Je suis dévastée, malheureuse, au fond du trou. Je suis même prise de crises d'angoisse, du coup le médecin m'a mise sous anxiolytique!

Le pire c'est qu'il me dit de tourner la page, de passer à autre chose, de ne pas l'attendre car il ne sait pas comment il va évoluer. Comment peut-il me dire de passer à autre chose alors que nous nous aimons? C'est incompréhensible pour moi et surtout je ne sais pas ce que je dois faire, je l'aime tellement!

Je précise qu'il prend de mes nouvelles tous les jours et qu'il est mal de me savoir mal mais en même temps il est bien seul et il ne veut pas que je l'attende. Que dois-je faire?? Garder espoir et l'attendre? Ou tenter de l'oublier et passer à autre chose?

Sabine

Chère Sabine,

Dans ces conditions, et malgré six mois de bonheur partagé, je peux difficilement vous conseiller de vous acharner à l’attendre ou à tenter de le convaincre que vous êtes sa meilleure alternative. C’est une dure rupture, je le conçois, mais c’est une rupture tout de même. Il vous a quittée, vous a demandé explicitement de ne pas l’attendre et a précisé être heureux seul… à moins de le droguer et de le séquestrer, je vois difficilement de quelle autre alternative vous disposez à part la résignation.

Par contre, je peux tenter de vous faire comprendre quel est peut-être son état d’esprit aujourd’hui. Cet homme sort tout juste de dix ans de relation. Une relation qui a probablement eu son lot d’espoirs déçus et de déceptions et qui s’est soldée par un échec. Il vous a rencontré vite, probablement trop vite et s’est impliqué dans cette nouvelle relation. Seulement voila, cela n’a pas suffit à son bonheur. Il me paraît évident qu’après un divorce, un temps de reconstruction est nécessaire. Un temps pour soi, savoir qui l’on est, se regarder dans la glace et plus dans les yeux de l’autre. C’est également un temps de réflexion sur le futur, c’est à ce moment qu’on projette.

Il n’a pas eu le temps de se projeter. Et je pense quelque part que cet homme a pris la bonne décision. Parce que prendre le risque de sauter cette étape indispensable, c’est prendre le risque d’un nouvel échec. Ce temps de solitude qu’il a demandé, et qui est tout à fait son droit, c’est un temps pour ne pas se perdre toute sa vie dans l’amour d’une autre. Pour aimer, il faut déjà exister. D’histoire en histoire, il allait disparaître.

Il n’était pas prêt, ce n’était pas le bon moment, autant de raisons qui ne sont ni de votre fait ni du sien. C’est pour cela que vous ne devez pas en souffrir, Sabine. Acceptez ce triste hasard, chérissez le souvenir de ces six mois de bonheur. Ils sont la preuve que vous êtes prête. Et même, en allant plus loin, si vous l’aimez, soyez prête à tout sacrifier pour son bonheur…même la relation que vous partagiez avec lui. Prenez du temps pour vous. Existez pour vous. Aucune histoire ne mérite votre désespoir. C’est la leçon, bien simple je vous l’accorde, à tirer de tout ça: il faut savoir être heureux avec soi-même avant de vouloir être heureux avec l’autre. 

Lucile Bellan
Lucile Bellan (153 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte